Afrique du Sud : Peter Frederiksen, le collectionneur de clitoris, reconnu coupable

De macabres trouvailles

Le Danois Peter Frederiksen a été reconnu coupable de plusieurs dizaines de crimes. Jugé en Afrique du Sud, les policiers avaient découvert 21 sacs contenant des morceaux d’organes génitaux féminins dans son congélateur. Ils avaient également retrouvé des outils chirurgicaux, des produits anesthésiants et plusieurs journaux intimes, certains datant de 2004, dans lesquels étaient décrites les mutilations génitales infligées aux victimes.

Le principal témoin exécuté

Parmi ses victimes se trouvait sa propre épouse. Celle-ci avait elle-même prévenu les autorités après avoir été droguée et torturée par son mari. Anna Matseliso Molise, à l’époque âgée de 28 ans, devait d’ailleurs être le témoin-clé de l’affaire. Toutefois, elle avait été abattue par balle en octobre 2015, alors que son époux était derrière les barreaux.

Appel à témoins

La police avait alors lancé plusieurs appels à témoins pour que d’autres femmes mutilées se manifestent. Mais, ces appels n’avaient rien donné pendant des mois. Puis, au cours du mois d’octobre 2015, deux femmes s’étaient finalement présentées.

L’accusé plaide non coupable

Âgé d’une soixantaine d’années, Peter Frederiksen a plaidé non-coupable. Il a prétendu que tout ce qui se trouvait dans sa maison appartenait à sa femme. Poursuivi pour agression, possession, production et distribution d’images pédopornographique, bigamie et complot d’assassinat envers sa femme, il fait face à une peine d’emprisonnement de 25 ans. Il connaîtra sa sentence au cours des prochains jours.

Cet article Afrique du Sud : Peter Frederiksen, le collectionneur de clitoris, reconnu coupable est apparu en premier sur Minutenews.

Source:www.newsrepublic.com

People: Emmanuel Adebayor se livre !

Comme à son habitude, Emmanuel Adebayor ne mâche pas ses mots dans ses interviews. Dans son franc-parler désormais bien connu, l’attaquant d’Istanbul Basaksehir en Turquie s’est confié longuement dans un entretien au magazine français So Foot. Morceaux choisis.

Enfance difficile

« Ma mère vendait des viandes à la frontière entre le Togo et le Ghana et mon papa était monnayeur. Il changeait les devises. Il gagnait cinq centimes mais ça lui permettait de s’occuper un peu. Mon enfance n’a pas été terrible, mais ce n’est pas cette période qui compte, c’est ce que tu deviens qui est important. Grâce aux difficultés je suis devenu un ce que je suis aujourd’hui. Quand les gens me critiquent lorsque je rate une occasion dans un match important, je leur dis: « Si vous aviez eu mon enfance, vous comprendriez que ce n’est pas aussi important que de survivre ». Ca a été dur jusqu’à ce que j’intègre le centre de formation de Metz. Quand je rentrais au pays, il m’arrivait de me prendre la tête avec ma famille pour cette histoire de toilettes. Je leur disais: « Je ne peux pas revenir d’Europe pour aller faire mes affaires à la plage« . Du coup, j’utilisais les toilettes des amis d’à côté. puis j’ai commencé à gagner un petit salaire, à devenir vraiment un homme. J’ai dû prendre dès mes 15 ans des décisions importantes pour ma famille, je leur disais quoi faire à la maison. Il a même fallu que je tape du poing sur la table parce que dans la famille africaine, dès qu’il y a de l’argent, tout le monde fait ce qu’il veut. Personne ne veut travailler, mais tout le monde veut être le patron. J’ai même été obligé d’aller en guerre contre mon grand frère, ma grande soeur ou ma mère afin de réaliser ce que je voulais faire’

Le déballage sur sa famille sur les réseaux sociaux

« Un soulagement. Encore meilleur que ma célébration de but contre Arsenal à l’Etihad, parce que ça c’est le boulot. le foot, dans trois-quatre ans c’est fini. Par contre, le nom de famille reste, ainsi que la personne. j’ai gardé ça pendant des années. Combien de fois j’ai eu l’idée de me suicider… Je suis dégoûté d’en être passé par là, mais je suis soulagé de l’avoir fait parce que si je dois partir, s’il m’arrivait quelque chose comme ce qui s’est passé à Cabinda, je touche du bois, tout le monde connait mon histoire désormais. Aujourd’hui, il parait que la femme et les enfants de Marc Vivien-Foé sont obligés de mendier pour manger. On disait qu’il était bien avec sa famille, mais à ce qu’on m’a raconté, c’étaient des conneries. Aujourd’hui, la réalité est là et Foé n’est plus là pour témoigner. Si maintenant, on dit qu’Adebayor était bien avec sa famille, il faudra dire que ce n’est pas vrai ».

Arsène Wenger

« Toujours très correct. Ce n’est pas un pote, mais c’est un bon coach. Il y a juste mon départ qui a tout faussé. Moi je ne voulais pas quitter arsenal, on était tout le temps en Champions League et City ne la jouait pas encore. Mais Wenger m’a dit que je ne faisais plus partie de ses plans. ça m’a marqué car il n’y avait que Van Persie qui ne m’aimait pas, et c’est réciproque d’ailleurs, mais sur le terrain, on s’entendait comme des pros.

Une carrière politique?

« Jamais. Avec les cellules terroristes, tu ne peux pas être à l’aise. Tu ne peux pas conduire des décapotables, et tu ne peux pas aller voir des amis. En tant que footballeur, je suis libre, je teins mes cheveux ou ma barbe quand j’en ai envie. les gens me disent: « Manu, t’es un ambassadeur« . Et puis quoi encore ? Je suis un footballeur, et quand j’arrêterai, je prendrai mes enfants pour leur expliquer comment grandir. En ce moment, le Togo est secoué car ils disent que le président doit partir. certains jeunes sont morts pendant des manifs. Pourquoi ? Si demain, une autre personne devient président, il va aller voir les familles ? Non. Pense d’abord à ramener quelque chose à ton pays. les Togolais me demandent mon opinion, ils me disent de prendre la parole. mais vous voulez que je parle de quoi? J’y connais quoi en politique ? En quoi ça me concerne une nouvelle Constitution ? Je ne la connais même pas et ça ne m’intéresse pas. Si le président part, les gens qui n’ont pas de boulot en trouveront-ils plus facilement ? Pas sûr. On a l’exemple de la Libye avec Kadhafi. On a vu ce pays avec et sans lui. les Libyens sont en train de regretter ! La diaspora togolaise de Paris qui parle des marches, prenez l’avion et allez au pays si vous voulez marcher! »

Source: africatopsports

KENYA: Attaque de la maison du vice-président

La résidence du N°2 du William Ruto a été attaquée par au moins un homme armé samedi 29 juillet dans le comté d’Uasin Gishu, dans la vallée du Rift. L’incident intervient dans un climat de tensions au Kenya, à quelques jours des élections générales. Un individu armé d’une machette aurait attaqué et blessé un officier posté devant l’une des entrées de la maison de William Ruto vers midi samedi dernier.

L’assaillant serait ensuite parvenu à entrer dans l’enceinte de la maison. D’autres sources sécuritaires ont cependant indiqué qu’il s’agissait de plusieurs hommes armés, et que le policier en faction devant le portail avait été blessé par balle. Des journalistes locaux rapportent en tout cas avoir entendu des coups de feu dans la propriété vers 14 h 30, alors que des renforts de la police étaient arrivés sur les lieux. William Ruto et sa famille étaient absents.

Un autre train de Camrail accidenté

 Il transportait des hydrocarbures, et a déraillé près d’Edéa.

Le train qui était composé de quatorze wagons-citernes, a déraillé dans l’après-midi du 26 juillet. Il circulait entre Douala et Yaoundé, transportant de l’essence et du gasoil. Selon Camrail, « cinq wagons-citernes, transportant du gasoil, se sont couchés sur le côté, et l’un d’eux a fuité ». L’incident aurait fait un blessé, un vigile qui accompagnait le convoi.

Cet incident vient s’ajouter aux précédents des derniers mois mettant en cause Camrail. Comme la catastrophe d’Eseka, survenue le 21 octobre 2016, qui avait entraîné la mort de 79 personnes et fait plus de 600 blessés. Dans la nuit du 8 au 9 mars 2017, trois personnes avaient été fauchées par un train affecté aux travaux de renouvellement de la voie ferrée à Yaoundé. Deux d’entre elles étaient mortes sur le coup, la troisième était décédée à l’hôpital.

FAITS DIVERS: Le PDG des Ets Cameroun Bébé dans la tourmente !

Après avoir attenté à la vie de son bailleur à Mokolo, Alphonse Ntognia Kuize est depuis son forfait porté disparu.

  1. Edy Atangana Noussi l’a échappé belle, et peut pour avoir eu la vie sauve remercier son ange gardien. Son ange gardien, ainsi que ses reflexes, qui lui ont permis de survivre à la barbare et lâche agression dont il vient d’être victime. Coadministrateur des biens du patrimoine de la succession Noussi, du nom de son défunt père, l’intéressé est bien connu sur la place publique pour ses activités caritatives, et son engagement dans le domaine associatif. Il est ainsi le promoteur de deux organisations non gouvernementales, l’Association pour la promotion de l’homme défenseur de l’environnement (APROHDEC) et l’Organisation citoyenne pour la défense des Droits de l’homme et la bonne gouvernance (OCDDHG).

Gestionnaire pour le compte de sa famille de l’immeuble Le Progrès sis en plein cœur du marché Mokolo dans la capitale, il a parmi ses locataires le sieur Alphonse Ntognia Kuize, qui a pris voici quelques années déjà des locaux dans ce qui était l’hôtel Le Progrès, pour en faire un supermarché à l’enseigne de Cameroun Bébé. Non seulement l’aie droite du rez-de-chaussée, mais aussi une partie du premier étage de l’édifice, qu’il a du reste totalement transformés pour les besoins de son commerce.

Les faits : l’on est un lundi, en fin d’après-midi. M. Atangana Noussi est adossé à sa voiture Mercedes, en conversation avec son épouse et un responsable de Cameroun Bébé. Arrive une dame, ci-devant mère d’un ami de M. Atangana Noussi, récemment décédé. Cette dernière sollicite ce responsable pour se voir donner des conseils afin d’aider à la sécurisation des biens laissés par son défunt enfant. M. Atangana Noussi l’entraine donc à l’écart des deux autres, et ils vont s’installer sur un banc se trouvant près de l’entrée de Cameroun Bébé pour leur conciliabule. Peu de temps après le PDG de la structure, M. Ntognia Kuize en sort, et est interpellé par son bailleur en ces termes : « Voilà 5 ans que tu ne me payes plus mon loyer, alors que tu continues à mener sereinement tes activités chez moi. Mais à cause de l’écoulement des eaux usées qui suintent de tes douches, la tenancière de la cafétéria située derrière toi ne peut plus servir ses clients. Arrange-toi donc pour régler au moins ce problème, afin qu’elle ne continue pas à pâtir des désagréments que tu lui poses ».

Lâche agression

Dès qu’il entendit ces propos, le sang de M. Ntognia ne fit qu’un tour. Visiblement courroucé, ce dernier se mit à éructer : «  Ah bon ? C’est ce que tu me dis, hein ! Attends voir, je vais te montrer ! ». Aussi sec il rebroussa chemin, rentra dans son magasin d’où il ressortit avec un lourd tabouret qu’il brandit et assena sur son bailleur, dans l’intention de lui défoncer le crâne. Celui-ci par un mouvement reflexe se pencha en arrière, et c’est sa poitrine qui encaissa le violent choc, ce qui le fit tomber à la renverse. Notons qu’il n’y a pas longtemps que M. Atangana Noussi a été victime d’un AVC, et qu’il est depuis très diminué physiquement.

Devant cette subite attaque, la maman présente ainsi que d’autres personnes accoururent, invectivant le PDG de Cameroun Bébé qui s’en prenait d’une manière si barbare à un malade. S’étant relevé sans avoir complètement repris ses esprits, M. Atangana Noussi voulut en découdre avec son agresseur, dans ce qu’il estimait être de la légitime défense. Mais en raison du choc subi et de l’état de sa poitrine qui s’était mise à enfler, il dut se laisser entrainer dans sa voiture, quelqu’un d’autre ayant pris le volant pour le conduire aux urgences de l’hôpital central, situé à quelques encablures de là. Profitant de la confusion ainsi créée, des témoins présents qui étaient ulcérés par son comportement voulant lui régler son compte, le PDG de Cameroun Bébé réussit à rejoindre son véhicule, et s’enfuit sans demander son reste. Il est depuis porté disparu, et à ceux qui le demandent au supermarché, il est invariablement répondu qu’il a voyagé…

  1. Atangana Noussi après avoir reçu les premiers soins reste en traitement, et est décidé d’obtenir réparation du préjudice qui lui a ainsi été causé. Aussi se déclare-t-il résolu à porter l’affaire devant les tribunaux de la République, pour entendre dire le droit. Que justice lui soit rendue !

F.K.

Alès : Un homme égorge sa compagne dans son appartement

Dans la nuit de lundi à mardi, les secours se sont introduits dans un appartement d’Alès, dans le Gard, à la suite d’une inondation.

A l’intérieur, ils ont découvert le corps sans vie d’une jeune femme, âgée de 31 ans.

La victime a été égorgée au couteau.

Son compagnon, âgé de 47 ans, gisait assoupi à proximité du cadavre.

Cet homme, sous l’emprise de l’alcool, a été interpellé et placé en cellule de dégrisement.

Le SRPJ de Montpellier a été chargé de l’enquête.

Source : www.midilibre.fr

Etats-Unis : Pendaison d’un enfant de 11 ans à la suite d’une blague de sa copine

Le drame s’est produit le 14 mars dernier à Marquette, dans le Michigan.

Avec la complicité d’amis, une jeune fille, âgée de 13 ans, a fait croire à son petit ami, âgé de 11 ans, sur les réseaux sociaux qu’elle s’était suicidée.

Attristé par la mort de sa copine, Tysen a alors mis fin à ses jours en se pendant dans sa chambre.

C’est sa mère qui a fait la macabre découverte. Le garçon a été transporté à l’hôpital où il a succombé le 4 avril.

Les deux adolescents sortaient ensemble depuis 5 ou 6 mois. Mais Katrina, la mère de Tysen, était opposée à cette relation en raison de leur différence d’âge.

L’adolescente a été inculpée d’«utilisation malintentionnée d’un ordinateur dans le but de commettre un crime».

« Il était un enfant joyeux et heureux jusqu’à ce qu’il la rencontre. Elle était méchante avec lui, le contrôlait et profitait de lui. Je lui avais pourtant répété plusieurs fois de le laisser tranquille, » explique la mère de la victime.

Source : www.nypost.com

Etats-Unis : Un homme électrocuté par son Iphone pendant son sommeil

Le drame s’est produit une nuit à Huntsville, en Alabama, une région de l’Union.

Un homme, âgé de 32 ans, dormait paisiblement dans son lit lorsqu’il a été électrisé par son Iphone qu’il avait mis à recharger à côté de lui.

La chaîne qu’il portait autour du cou est devenue conducteur d’électricité quand elle s’est entremêlée avec son chargeur apple.

Le choc électrique était si fort qu’il a été projeté au sol de sa maison.

Heureusement, l’homme a eu le bon réflexe d’arracher son collier. Alertée par la bruit, sa nièce lui est venue en aide.

Le trentenaire a été transporté à l’hôpital. Il souffre de brûlures au second et troisième degré au cou et aux mains, mais ses jours ne sont plus en danger.

« De mon expérience, cela ne vaut pas la peine de charger vos appareils électroniques au lit. Je ne souhaiterais pas ce qui m’est arrivé même à mon pire ennemi » a expliqué la victime.

Source : www.morandinisante.com

                                                

Etats-Unis : Abattu à 4 pattes alors qu’il s’excusait d’avoir renversé un enfant de 4 ans

Le drame s’est produit dans la ville de Cincinnati, dans l’Ohio.

Jamie Urton (gauche) circulait au volant de sa voiture lorsqu’un enfant de 4 ans a surgi devant son véhicule. Il n’a pas eu le temps de freiner et l’a percuté.

Le conducteur, âgé de 44 ans, a alors stoppé son véhicule avant d’être pris à partie par trois hommes, dont le père de l’enfant.

L’automobiliste s’est excusé et a expliqué qu’il n’avait pas eu le temps de voir le garçonnet.

Jamie Urton a demandé miséricorde à ses assaillants, tout en multipliant les pardons. En vain.

Le trio l’a forcé de se mettre à quatre pattes sur la chaussée, avant de l’abattre de plusieurs coups de feu.

Quant à l’enfant, il a été transporté à l’hôpital. Il est blessé mais ses jours ne sont pas en danger.

Jamall Killings (droite), le père de l’enfant, a été placé en détention provisoire. Ses deux complices sont activement recherchés.

Source : www.crimeonline.com

Espagne : Un toreador transpercé par un taureau de 460 kg

La scène très sensationnelle s’est produite dimanche aux arènes Las Ventas de Madrid.

Un taureau, qui pèse plus de 460 kg, a violemment attaqué un toreador, âgé de 23 ans.

L’animal l’a jeté en l’air et l’a secoué comme une poupée de chiffon. « Il y avait du sang sur son cou, et il y avait un trou dans la cuisse, » explique un témoin.

Il lui a également transpercé au moins 4 fois le visage.

Le jeune homme a été conduit dans un état critique à l’hôpital. Les blessures ont près de dix centimètres de profondeur et son palais est transpercé.

Source : www.youtube.com