L’UNISPORT OFFRE UN BUS AU DIOCÈSE DE BAFANG

Alors que notre staff dirigeant travaille sur notre nouvelle saison,c’est à la faveur de la traditionnelle messe de rentrée au Diocèse de Bafang ce dimanche,que l’administration de l’unisport du haut-nkam a offert un bus au Diocèse de Bafang.


En effet, après la l’acquisition de notre nouveau bus il y’a quelques mois, le club s’est retrouvé avec deux véhicules.
Dans son discours de circonstances,EMMANUEL LEUBOU notre président a déclaré que dès cet instant, <<… beaucoup de personnes et associations m’ont sollicité pour obtenir ce bus, certaines proposant même de l’argent jusqu’au jour où j’ai eu cette révélation divine qui orientait mon choix vers l’église et particulièrement vers notre Diocèse. Dès le lendemain, j’ai partagé l’idée avec les autres membres de l’administration qui ont adhéré et nous avons directement décidé de le faire…>>


Prenant la parole à son tour, Mgr ABRAHAM KOME évêque de Bafang à d’abord rappelé aux fidèles que notre président avait déjà offert 34 survêtement de sport complet aux prêtres du Diocèse l’année dernière, avant d’adresser les remerciements de la famille religieuse par la suite non sans avoir prié DIEU NOTRE PÈRE afin qu’il oriente aussi nos cœurs vers la bonté et protège tout les enfants durant cette année scolaire qui vient de traverser sa première séquence.


Rappelons que ce bus qui avait été offert au flambeau de l’Ouest par S.E SIYAM SIEWE ALPHONSE en 2004 devient la propriété du Diocèse de Bafang avec exploitation directe après les travaux de rénovation (mécanique,électricité,tôlerie et peinture) qui ont coûté un peu plus de 2.000.0000f à l’équipe.
À la fin de cette cérémonie, nôtre président à offert un repas dans la salle paroissiale

ENSEMBLE SOUTENONS NOTRE ÉQUIPE ET ENCOURAGEONS LES DIRIGEANTS
Kontchou Kanu

EXCLUSIF: Beh Mengue veut prendre la poudre d’escampette

Des instructions données pour l’empêcher de se débiner.

L’ancien DG de l’ART sait que ses jours de liberté sont désormais comptés, mais il voudrait ne point avoir à affronter les enquêteurs et les juges. Sans doute conscient du fait qu’il ne pourrait se blanchir des graves soupçons de détournements qui pèsent sur lui. Limogé le 08 juin dernier, ce n’est certainement pas pour aller couler des jours tranquilles dans son bled de Djoum. La cavale lui semblant la seule porte de sortie pour échapper aux conséquences de son irresponsabilité.

Mais les services de sécurité ont l’œil sur lui, et même les autorités administratives sont mises à contribution pour l’empêcher de se faire la belle. C’est dans cette optique que suivant des informations de première main parvenues à notre connaissance, le préfet de la Vallée-du-Ntem a, ce 31 juillet, adressé un message porté à ses subordonnés que sont les sous-préfets des arrondissements de Kyé-Ossi, Ma’anet Olamze qui ont la particularité d’être frontaliers avec des pays voisins. Leur relayant des directives reçues par le commandant de compagnie de gendarmerie d’Ambam, il leur rappelle l’interdiction de sortie du territoire national de l’ex grand Manitou de la (dé)régulation des télécoms. Or d’après ce chef de terre tel qu’il l’écrit avec le style lapidaire de circonstance, des « renseignements  dignes de foi font état que (le) nommé Beh Mengue Jean Louis » envisage « sortir par frontières respectives Gabon et Guinée équatoriale, particulièrement Kye-Ossi ou Olamze ». Aussi demande-t-il de « renforcer (les) dispositifs (de) sécurité » pour l’empêcher de filer à… l’anglaise, alors qu’il est camerounais.

Leopold T. Yamdjeu

RABAT/CAF Brillante participation des Camerounais

Sur invitation de l’instance faîtière du football continental, certains de nos compatriotes ont fait le déplacement de la capitale marocaine pour prendre part à un symposium. En dehors de la présence effective de joueurs emblématiques comme Joseph Antoine Bell ou encore le goléador  Samuel Eto’o, était attendus les représentants de la Fécafoot. Le président de cette structure Tombi à Roko Sidiki a bien foulé le sol de Rabat, flanqué de son secrétaire général Blaise Moussa qui, pour sa part, aura eu à siéger dans la commission de la réforme de la CAN.

Des confidences recueillies auprès de lui font savoir que des propositions constructives valant pour l’avenir ont été mises par les uns et les autres. Celles-ci devront préalablement être validées et adoptées par le Comité Exécutif de la CAF, pour ensuite l’être  par son Assemblée Générale, ceci dans les mois à venir. « Ici (à Rabat, NDLR) nous n’avons enregistré aucun débat, eu écho d’aucune mention négative sur notre pays le Cameroun et la CAN 2019 que nous nous apprêtons à organiser. Ici on est gentlemen responsables, conscients des enjeux et des potentialités des uns et des autres. Ici, on sait qu’il n’y a pas encore un quelconque rapport dépréciatif sur le Cameroun, en attendant la visite d’inspection de la CAF, qui fera la première évaluation prévue fin août – septembre. La rumeur, la sous-information, la désinformation et les allégations prétentieuses et inconsistantes ne gouvernent nulle part. Autant s’informer à bonne source. Aussi ne peut-on que s’interroger sur cette auto-flagellation dans laquelle se délectent certains des nôtres ! » s’est-il écrié à juste titre avant de s’exclamer non sans commisération : «  Ooooh, chers compatriotes, pourquoi cette auto-flagellation? Pourquoi, tirer contre son pays ? ».

Et le secrétaire général de la Fécafoot de poursuivre : « Ici, la déclaration de monsieur le ministre des Sports a fait bon effet, en ce sens qu’elle aura éclairé suffisamment tous ceux qui s’y intéressent, au point d’abattre le mur fragile de l’ignorance. Pour rappel, une condition d’organisation d’une CAN majeure est d’avoir organisé une mineure, pour faire déjà au moins la moitié du chemin. Or le Cameroun a réussi sa CAN féminine, avec 3 stades déjà aux normes. In fine, sur les minima de 4 stades d’un minimum de 20 000 places dont un au moins de 40 000 (pour les matchs d’ouverture et la finale), nous avons déjà 3 (Yaoundé omnisports, Limbé et Bafoussam). La réfection de Douala Bépanda se fera en moins de 5 mois, idem pour Garoua. Bien mieux Olembé et Japoma seront la cerise sur le gâteau. D’où nous serons à 7 stades de compétition, donc largement au-dessus de la norme minimale de 4 stades. On joue donc à être misérables, inutilement. Raison pour laquelle l’on ne peut que regretter la mauvaise publicité faite contre notre pays, inutilement, par certains de ses propres fils ! Pardonnons à ceux qui nous vilipendent inutilement ».

Puisqu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, nous ne pouvons qu’espérer que ceux-là reviendront de leur erreur et prendront le train en marche, pour que tous ensemble nous réussissions ce pari qui engage la nation tout entière.

Léopold T. Yamdjeu

SYMPOSIUM DE LA CAF: L’exécutif de la Fécafoot prendra part aux travaux

MM. Tombi à Roko et Blaise Moussa sont attendus dans la capitale marocaine pour représenter le Cameroun lors de ces importantes assises.

Lors de la dernière réunion du Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) tenue à Manama (Bahreïn) le 08 mai dernier, il fut décidé de tenir un symposium portant sur les compétitions de cette instance, dans le but de développer la nouvelle vision du football africain pour la prochaine décennie. Le conclave prévu devant mettre ensemble pour enrichir les débats, différents intervenants de la chaine : administrateurs, joueurs, entraineurs, arbitres, et médias. C’est dans ce cadre que depuis le 06 juin 2017 la Fécafoot a reçu une correspondance l’en informant, suivie la semaine suivante par une invitation en bonne et due forme, adressée à son président ainsi qu’à son secrétaire général. L’objet de ce forum qui se déroulera dans la capitale du royaume chérifien dont le thème est « Football africain – Notre vision », s’articule sur le devenir du football continental. En fait il s’agira, comme le prévoie le programme de la rencontre, de plancher sur les compétitions de la CAN, les spécifications du pays hôte, les rencontres interclubs, le football jeunes, le football et le développement, la communication et les médias, le marketing et la télévision.

Prévu les 18 et 19 juillet au centre international de conférence de Rabat, ledit forum dont les frais sont pris en charge par la Fédération royale marocaine de football a pour ambition d’ouvrir une nouvelle page du football africain, à l’aune des perspectives de ses nouveaux dirigeants. Dans le timing des rencontres on a par conséquent en bonne place un débat de haut niveau, des travaux de groupes (ateliers), leur restitution en plénière, ainsi qu’une présentation finale qui synthétisera les différentes recommandations adoptées.

Ces importantes assises qui marqueront la refondation du football africain verront donc la participation active de notre Fécafoot, ceci avec la présence de deux de nos plénipotentiaires qui n’y vont pas faire de la figuration : le président de la Fécafoot Tombi à Roko Sidiki, et son secrétaire général Blaise Moussa. La CAF n’ayant pas été gênée aux entournures pour leur adresser des invitations afin qu’ils viennent apporter leur expertise et leur expérience jugée fort nécessaire, eux qui sont aux manettes de la fédération dont l’équipe nationale a dernièrement remporté la CAN. Pour l’instance faîtière du football africain, il n’y a donc pas lieu de se perdre en spéculations vaseuses, la cause étant entendue puisque c’est ès qualité que ces deux responsables camerounais sont appelés à faire le déplacement maghrébin. Et force est de subodorer que leur présence y est très attendue, en raison de leur statut d’hôtes de la prochaine CAN, qui sera véritablement la première organisée sous l’ère Ahmad du nom de l’actuel président de la CAF. Les deux hommes sont prêts à y assister, nous assure-t-on, pour répondre au mieux à tous les éclairages pour lesquels ils pourraient être sollicités. Ce pour quoi on ne peut que leur souhaiter : bon vent ! D’autant plus que dès le lendemain de cette rencontre, il est en outre prévu une réunion du Comité exécutif de la CAF (20 juillet) suivie d’une Assemblée générale extraordinaire ce 21 juillet 2017.

   Léopold T. YAMDJEU

FECAFOOT : Note d’information !

« Le TAS a rejeté l’appel des appelants tendant à déclarer le Président de la FECAFOOT M. Tombi A Roko illégitime et à mettre en place le Comité Exécutif de 2009.

Cette SENTENCE rendue par l’arbitre du TAS SATISFAIT la FECAFOOT qui a soutenu cette position tout au long de la procédure.

Toutefois pour ne pas laisser consacrer en jurisprudence une CURIOSITÉ JURIDIQUE, la FECAFOOT a décidé d’interjeter appel auprès du Tribunal Fédéral Suisse contre le point de cette sentence confirmant la sentence de la CCA/CNOSC, nonobstant l’IRRECEVABILITE DÉCLARÉE de l’appel et le fait qu’AUCUNE DES PARTIES au procès n’avait sollicité cette confirmation. »

 

 

Jean Morand Mbarga