Association des Clubs de Football Amateurs du Cameroun: Procès-verbal de l’assemblée générale ordinaire du 02/11/2017

L’an deux mil dix-sept, et le deux du mois de décembre s’est tenue au Palais Polyvalent des Sports, l’Assemblée Générale Ordinaire de l’Association des Clubs de Football Amateurs du Cameroun. Y ont pris part, les responsables des Clubs dont La liste est jointe en annexe.

Après les civilités d’usage et autres cérémonies protocolaires, les travaux proprement dits ont débuté par la vérification du quorum, la lecture du mot de bienvenu par le Président Départemental de l’ACFAC pour le Mfoundi et l’adoption de l’ordre du jour.

Prenant la parole, à la suite du compte rendu de la dernière Assemblée Générale Extraordinaire, le Président du Bureau Exécutif National dans son allocution remerciera les responsables des clubs pour leurs disponibilités. Ensuite, il fera une brève une présentation de la situation du football amateur et globalement celle du football camerounais dans son ensemble. il appellera les Clubs à se rassembler et à rester mobiliser afin de prendre en main eux même la gestion leur affaire et l’occurrence la contrôle le moment venu, des instances de direction aussi bien au niveau des Ligues Décentralisées que celui fédéral, avant de la passer la parole à M AKOUE DOMINGO qui  s’exprimera à son tour sur le contentieux ayant conduit à la l’annulation par la CCA et le TAS de l’ensemble du processus électoral à la FECAFOOT, et celui ayant conduit à la mise sur pied de l’actuel Comité de Normalisation.

La séance des échanges a permis de parcourir les problèmes et autres difficultés rencontrés par les clubs amateurs sur l’ensemble du territoire national.

Après un débat franc et enrichissant, les résolutions suivantes ont été adoptées :

PREMIERE RESOLUTION

L’Assemblée Générale constate l’absence de certains membres du Bureau Exécutif régulièrement convoqués en l’occurrence M. EKEKE EUGENE, M. CALVIN MITNA, M. BALOK JOHN, M. NKOU MVONDO Prospère et M. OBATEBA RICHARD et en prend acte.

DEUXIEME  RESOLUTION

Il a été procédé à l’élection d’un nouveau Bureau Exécutif constitué ainsi qu’il suit

Président :             BALLA ONGOLO HENRI

1er Vice-Président :         MBIGHA FELIX

Vice-Président :         DJOUBAIROU BOUBAKARY

Vice-Président :                        EBOUMBOU JEACQUES MARCEL

Vice-Président :                        NDEDI MBENGUE FRANCOIS

Vice-Président :                         NANA SALENG NGOGAND

Vice-Président Conseiller :      ZE AKONO HONORE

Secrétaire Général :                    HAROUNA

Secrétaire Général  Adjoint :      KARH NANGOH CHARLES

Trésorier Général :                 AKOUE EPIE DOMINGO

Trésorier Général  Adjoint :      BAYERO

Conseiller :              Hon. BRIGITE MEBANDE

Conseiller :             SM. BIKAI NDONG ALBERT

Conseiller :             WAMBA PETIT MICHEL

Conseiller :             Hon. CELINE EKO

Conseiller :             DAHIROU DJINTOING

Conseiller :                                 NDJINOU HANS

Cellule Communication :         Mme UFEI NSEKE.

TROISIEME RESOLUTION

L’Assemblée Générale demande au Bureau Exécutif de mettre sur pied sur structure en charge des questions liées à l’assurance des joueurs, ainsi qu’une cellule de suivi des procédures et autres revendications ayant trait aux indemnités de formation et de transfert des joueurs entre les Clubs locaux et internationaux.

QUATRIEME RESOLUTION

Mandat a été donné au Bureau Exécutif de constituer un cabinet d’avocat à l’effet d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre de tous ceux qui ont violé les textes et règlements régissant la FECAFOOT.

En foi de quoi, le présent procès-verbal est établi pour servir et valoir ce que de droit.

Fait à Yaoundé, le 02/12/2017

Le Secrétaire de Séance

Le Président de Séance

L’UNISPORT OFFRE UN BUS AU DIOCÈSE DE BAFANG

Alors que notre staff dirigeant travaille sur notre nouvelle saison,c’est à la faveur de la traditionnelle messe de rentrée au Diocèse de Bafang ce dimanche,que l’administration de l’unisport du haut-nkam a offert un bus au Diocèse de Bafang.


En effet, après la l’acquisition de notre nouveau bus il y’a quelques mois, le club s’est retrouvé avec deux véhicules.
Dans son discours de circonstances,EMMANUEL LEUBOU notre président a déclaré que dès cet instant, <<… beaucoup de personnes et associations m’ont sollicité pour obtenir ce bus, certaines proposant même de l’argent jusqu’au jour où j’ai eu cette révélation divine qui orientait mon choix vers l’église et particulièrement vers notre Diocèse. Dès le lendemain, j’ai partagé l’idée avec les autres membres de l’administration qui ont adhéré et nous avons directement décidé de le faire…>>


Prenant la parole à son tour, Mgr ABRAHAM KOME évêque de Bafang à d’abord rappelé aux fidèles que notre président avait déjà offert 34 survêtement de sport complet aux prêtres du Diocèse l’année dernière, avant d’adresser les remerciements de la famille religieuse par la suite non sans avoir prié DIEU NOTRE PÈRE afin qu’il oriente aussi nos cœurs vers la bonté et protège tout les enfants durant cette année scolaire qui vient de traverser sa première séquence.


Rappelons que ce bus qui avait été offert au flambeau de l’Ouest par S.E SIYAM SIEWE ALPHONSE en 2004 devient la propriété du Diocèse de Bafang avec exploitation directe après les travaux de rénovation (mécanique,électricité,tôlerie et peinture) qui ont coûté un peu plus de 2.000.0000f à l’équipe.
À la fin de cette cérémonie, nôtre président à offert un repas dans la salle paroissiale

ENSEMBLE SOUTENONS NOTRE ÉQUIPE ET ENCOURAGEONS LES DIRIGEANTS
Kontchou Kanu

EXCLUSIF: Beh Mengue veut prendre la poudre d’escampette

Des instructions données pour l’empêcher de se débiner.

L’ancien DG de l’ART sait que ses jours de liberté sont désormais comptés, mais il voudrait ne point avoir à affronter les enquêteurs et les juges. Sans doute conscient du fait qu’il ne pourrait se blanchir des graves soupçons de détournements qui pèsent sur lui. Limogé le 08 juin dernier, ce n’est certainement pas pour aller couler des jours tranquilles dans son bled de Djoum. La cavale lui semblant la seule porte de sortie pour échapper aux conséquences de son irresponsabilité.

Mais les services de sécurité ont l’œil sur lui, et même les autorités administratives sont mises à contribution pour l’empêcher de se faire la belle. C’est dans cette optique que suivant des informations de première main parvenues à notre connaissance, le préfet de la Vallée-du-Ntem a, ce 31 juillet, adressé un message porté à ses subordonnés que sont les sous-préfets des arrondissements de Kyé-Ossi, Ma’anet Olamze qui ont la particularité d’être frontaliers avec des pays voisins. Leur relayant des directives reçues par le commandant de compagnie de gendarmerie d’Ambam, il leur rappelle l’interdiction de sortie du territoire national de l’ex grand Manitou de la (dé)régulation des télécoms. Or d’après ce chef de terre tel qu’il l’écrit avec le style lapidaire de circonstance, des « renseignements  dignes de foi font état que (le) nommé Beh Mengue Jean Louis » envisage « sortir par frontières respectives Gabon et Guinée équatoriale, particulièrement Kye-Ossi ou Olamze ». Aussi demande-t-il de « renforcer (les) dispositifs (de) sécurité » pour l’empêcher de filer à… l’anglaise, alors qu’il est camerounais.

Leopold T. Yamdjeu

RABAT/CAF Brillante participation des Camerounais

Sur invitation de l’instance faîtière du football continental, certains de nos compatriotes ont fait le déplacement de la capitale marocaine pour prendre part à un symposium. En dehors de la présence effective de joueurs emblématiques comme Joseph Antoine Bell ou encore le goléador  Samuel Eto’o, était attendus les représentants de la Fécafoot. Le président de cette structure Tombi à Roko Sidiki a bien foulé le sol de Rabat, flanqué de son secrétaire général Blaise Moussa qui, pour sa part, aura eu à siéger dans la commission de la réforme de la CAN.

Des confidences recueillies auprès de lui font savoir que des propositions constructives valant pour l’avenir ont été mises par les uns et les autres. Celles-ci devront préalablement être validées et adoptées par le Comité Exécutif de la CAF, pour ensuite l’être  par son Assemblée Générale, ceci dans les mois à venir. « Ici (à Rabat, NDLR) nous n’avons enregistré aucun débat, eu écho d’aucune mention négative sur notre pays le Cameroun et la CAN 2019 que nous nous apprêtons à organiser. Ici on est gentlemen responsables, conscients des enjeux et des potentialités des uns et des autres. Ici, on sait qu’il n’y a pas encore un quelconque rapport dépréciatif sur le Cameroun, en attendant la visite d’inspection de la CAF, qui fera la première évaluation prévue fin août – septembre. La rumeur, la sous-information, la désinformation et les allégations prétentieuses et inconsistantes ne gouvernent nulle part. Autant s’informer à bonne source. Aussi ne peut-on que s’interroger sur cette auto-flagellation dans laquelle se délectent certains des nôtres ! » s’est-il écrié à juste titre avant de s’exclamer non sans commisération : «  Ooooh, chers compatriotes, pourquoi cette auto-flagellation? Pourquoi, tirer contre son pays ? ».

Et le secrétaire général de la Fécafoot de poursuivre : « Ici, la déclaration de monsieur le ministre des Sports a fait bon effet, en ce sens qu’elle aura éclairé suffisamment tous ceux qui s’y intéressent, au point d’abattre le mur fragile de l’ignorance. Pour rappel, une condition d’organisation d’une CAN majeure est d’avoir organisé une mineure, pour faire déjà au moins la moitié du chemin. Or le Cameroun a réussi sa CAN féminine, avec 3 stades déjà aux normes. In fine, sur les minima de 4 stades d’un minimum de 20 000 places dont un au moins de 40 000 (pour les matchs d’ouverture et la finale), nous avons déjà 3 (Yaoundé omnisports, Limbé et Bafoussam). La réfection de Douala Bépanda se fera en moins de 5 mois, idem pour Garoua. Bien mieux Olembé et Japoma seront la cerise sur le gâteau. D’où nous serons à 7 stades de compétition, donc largement au-dessus de la norme minimale de 4 stades. On joue donc à être misérables, inutilement. Raison pour laquelle l’on ne peut que regretter la mauvaise publicité faite contre notre pays, inutilement, par certains de ses propres fils ! Pardonnons à ceux qui nous vilipendent inutilement ».

Puisqu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, nous ne pouvons qu’espérer que ceux-là reviendront de leur erreur et prendront le train en marche, pour que tous ensemble nous réussissions ce pari qui engage la nation tout entière.

Léopold T. Yamdjeu