Cameroun – Football -MTN Elite one: Dragon-Racing pour ouvrir la 24e journée !

Pas de repos pour les joueurs. Dragon FC (3e/34pts) affronte Racing de Bafoussam (15e/25pts) ce jeudi au stade militaire de Yaoundé. Une rencontre qui devra permettre d’un côté aux poulains d’Evariste Djomo de mettre la pression sur le leader en cas de victoire. De l’autre côté, Bertrand Ngougni et ses hommes devraient tout faire pour ne pas être relégable ce weekend.

JEUDI 20 JUILLET 2017

STADE MILITAIRE:
15H30: DRAGON- RACING
Arbitre central : AFANG FRANKLIN
A1 :HAMADOU SADOU
A2: EGIH DAIROU
4eme : ALIOUM ALIOUM
Commissaire : ABDOULAYE GAMBO
Coordonnateur: BOBO FABIEN

Jean Morand Mbarga

Cameroun – Football – MTN Elite two: Yaoundé II sur une bonne lancée, Etoa-Meki n’est plus relégable; résultats et classement après la 23e journée !

La 23e journée de la MTN Elite two a rendu son verdict ce mercredi. A retenir la 2e victoire successive du leader Yaoundé II à Douala. Cette fois face aux Matelots (1-0). Les poulains de Grégoire Atangana Ngandi sont désormais seuls en tête. L’autre chose à retenir c’est la sortie d’Etoa-Meki de la zone rouge. Depuis l’arrivée du nouvel entraineur Ngatchou Bebeto (Jack Bauer), le discours semble passer. Le club n’a plus connu de défaite après 05 sorties et l’a confirmé devant PWD concurrent direct au maintien (3-0).
Résultats de la 23e journée :
FOV-BANG (1-1)
 
COSM-TKC (0-0)
 
DYMO-FORT (1-1)
 
PANTH-BOT (3-0)
 
DAC-NUFC (1-1)
 
NAT-PSG (2-0)
 
ETOA-PWD (3-0)
 
19/07/17
MAT-YDE (0-1)
AVION-REN (2-1)
Classement MTN Elite à l’issue de la 23e journée:
 
1- Yaoundé II (44)
2- Fortuna (38)
3- Avion (38)
4- Fovu (37)
5- Bang Bullet (37)
6- Panthère (33)
7- Dynamo (33)
8- Ngaoundéré U (33)
9- Renaissance (32)
10- Cosmos (29)
11- Matelots (28)
12- DAC 2000 (27)
13- National (26)
14- PSG (25)
15- Etoa-Meki (24)
16- TKC (23)
17- Botafogo (22)
18- PWD (21)

MTN Elite one : Unisport trébuche encore, Newstars enchaine une nouvelle victoire; résultats des matchs en retard de la 23e journée !

La page de la 23e journée du championnat national de première division est totalement tournée. Pour les trois journées qui restaient à disputer, Feutcheu FC a eu raison du flambeau de l’Ouest, Unisport du Haut Nkam à Bafoussam (1-0). C’est sur ce même score que Bamboutous de Mbouda a dominé Lionblessé (1-0). A Limbé, Newstars de Douala a enchainé une nouvelle victoire. Sa victime du jour est l’Aigle de la Menoua (3-0).

Jean Morand Mbarga

CAN 2019 AU CAMEROUN: Bidoung Mkpatt confond les oiseaux de mauvais augure

Ce 18 juillet, le Minsep a tenu un important point de presse pour remettre les pendules à l’heure à propos de l’organisation par notre pays de cette compétition. Convaincant, il l’a été.

Le lieu choisi pour abriter cette rencontre avec les gens de médias est déjà tout un symbole : le stade Omnisports de Yaoundé, dans un cadre moderne et fonctionnel qui n’existait pas il n’y a pas si longtemps. C’est qu’au Cameroun, les choses avancent, n’en déplaise à ceux qui veulent tout (faire) voir en noir. L’objet de cette rencontre ? Il s’agissait pour ce membre du gouvernement de faire le point sur l’état des préparatifs  de la CAN 2019 au Cameroun, sur lesquels certains glosent en des termes pas du tout flatteurs pour notre pays. Or le ministre Bidoung Mkpatt aura été clair : il est légitime, pour lui, que les Camerounais s’approprient cet événement et se préoccupent de son organisation. Mais en tenant compte de données factuelles qui sont vérifiables, sans verser dans la calomnie et la désinformation.

Dans son propos liminaire, il commença par la rubrique portant sur les enjeux et le contexte de cet événement que nous nous apprêtions à accueillir. Développant son propos, il posa le socle à partir duquel toute la dynamique aura été enclenchée : la vision du président de la République, qui mieux que quiconque sait combien le sport est important pour notre pays. Aussi constitue-t-il une préoccupation majeure  du gouvernement, cette activité contribuant à l’épanouissement de notre jeunesse et à faire du Cameroun un pays qui gagne.  Aussi le chef de l’Etat n’a-t-il jamais cessé, martela-t-il, de « citer les sportifs camerounais lors de leurs exploits, comme modèles de foi, d’abnégation, de détermination, de solidarité et d’homogénéité ». L’attribution de l’organisation de cette compétition au Cameroun étant une concrète manifestation de la vitalité diplomatique de notre pays, il nous revient donc à chacun, en ce qui le concerne, de mettre tout en œuvre pour en faire un succès éclatant. A la dimension de la tenue il y a quelque mois seulement de la CAN féminine, qui aura montré aux yeux de la communauté internationale le savoir-faire national en la matière.

Respect de la feuille de route

L’on ne peut que poursuivre sur la même lancée, avec l’ambition de mieux faire encore. Rappelons que pour cette organisation, dixit le ministre Bidoung Mkpatt, notre pays aura reçu les félicitations de la CAF, et une distinction à Cannes (France)  qui aura primé, lors de la 11ème édition des Heavent Awards en avril 2017, l’excellence de l’organisation événementielle tant à la cérémonie d’ouverture que de clôture de cet événement.  L’on peut donc s’attendre à ce que la barre soit mise encore plus haut pendant la CAN 2019, surtout avec la détermination du président Paul Biya qui, en recevant nos valeureuses Lionnes Indomptables  le 08 décembre dernier après leur CAN, avait pris des engagements fermes pour assurer à la compétition à venir un plein succès.

En deuxième point, le MINJEC s’appesantit sur  le cahier de charges de la CAF relativement à cet événement, dont le premier volet concerne les infrastructures. Il apprit ainsi à l’assistance qu’à propos des celles concernant la pratique proprement dite du sport, l’instance faîtière du football africain requiert que soient disponibles par site un terrain de compétition et cinq autres réservés à l’entrainement. Quatre poules sont prévues pour Cameroun 2019 : Yaoundé, Douala-Buéa-Limbé, Garoua et Bafoussam. Il s’agira donc d’avoir prêts pas moins de 32 stades, et l’on peut d’ores et déjà relever que les 11 stades qui viennent de servir pour la CAN féminine sont opérationnels et ne demandent qu’à servir. Les 21 autres étant en construction (7) ou en réhabilitation (14).

Débordant sur ses prérogatives propres, le ministre Bidoung Mkpatt fit une incursion dans celui de certains de ses collègues du gouvernement, pour parler d’autres infrastructures et de certains points relatifs à cette organisation, toujours dans le cadre du cahier de charges imposé par la CAF. Il parla ainsi des aéroports, routes, communications et télécommunications, fournitures en eau et électricité, couverture sanitaire… toutes choses qui, à l’en croire, sont en bonne voie d’amélioration pour coller avec le prestige de l’événement attendu. Il nous faudrait  donc savoir raison garder, et nous apprêter tous à faire vivre au monde entier une compétition de haute facture.


ETAT DES LIEUX

SITE DE YAOUNDE

Le stade d’Olembe (60 000 places) ainsi que ses deux annexes sont en cours de construction. L’entreprise italienne chargée ce ces réalisations est à pied d’œuvre, et jure qu’elle respectera les délais, comme l’a du reste réaffirmé Mme l’ambassadeur d’Italie et le responsable de l’entreprise adjudicataire lors d’un point de presse tenu la veille même de celle du MINJEC. Des préfabriqués seront acheminés par voie maritime, le premier navire étant attendu à Kribi le 02 septembre 2017. Déjà l’on peut voir que les terrassements du stade principal et de l’annexe A sont achevés, le béton de propreté de la tribune Ouest est coulé, les travaux de fondations étant prévus pour démarrer au début du mois prochain.

Le stade Omnisports de Mfandena tout comme ses deux annexes sont fonctionnels, ainsi que le stade Militaire.

 

SITE DE DOUALA-LIMBE-BUEA

Douala : La construction d’un stade de 50 000 places à Japoma est prévue, ainsi que ses deux terrains annexes. A réhabiliter le stade Omnisports de Bépanda ainsi que son annexe pour les entrainements, le stade Mbappe Leppe d’Akwa, ainsi que celui du camp Sic Bonamoussadi pour les entrainements.

Limbé : l’Omnisports stadium (20 000 places) ainsi que son terrain annexe est disponible. Le stade de la CDC  et le Centenary stadium sont eux aussi prêts.

Buea : comme stades et terrains déjà réhabilités, l’on peut citer le stade Omnisports de Molyko tout comme le Municipal stadium pour les entrainements.

 

SITE DE GAROUA

Sont à réhabiliter le stade Omnisports de Roumde Adjia pour la compétition, et pour les entrainements : le stade de Poumpoumré, celui de la gendarmerie, du CENAJES, et le stade annexe de Roumdé Adjia. Le centre de Coton Sports étant à rénover.

 

SITE DE BAFOUSSAM

Est déjà opérationnel le stade Omnisports (20 000 places) pour la compétition. A propos des infrastructures à construire ou réhabiliter, notons : le stade annexe au stade Omnisports, celui de Tocket, le stade Municipal, le stade Municipal Fotso Victor ainsi que le stade MTN de Mbouda, tous ceux-ci pour les entrainements.

  Léopold T. YAMDJEU

Lions A’ – Rigobert Song (sélectionneur)  » toute personne qui viendra avec l’esprit de vouloir me corrompre, sera simplement refoulée » !

Les Lions A’ ont débuté leur stage lundi dernier  au stade omnisports annexe de Yaoundé pour préparer leur match contre Sao Tome y Principe comptant pour  les éliminatoires de la 5ème édition du CHAN « Kenya 2018 ». Présent dans les gradins pendant le match qui opposait le Canon Sportif de Yaoundé à Coton Sport de Garoua (1-1), le sélectionneur  Rigobert Song a livré ses objectifs tout en prévenant ceux qui chercheraient à le corrompre:

« Je suis dans une situation assez délicate, j’entre en stage tardivement. J’ai un match aller et retour déterminant qui me permet d’être qualifié pour le CHAN, l’objectif est de se qualifier, on a le temps d’observer la Ligue2. Je ne suis pas seulement attendu, mais redevable envers les Camerounais par rapport à toutes les situations vécues cette année. C’est pourquoi je suis très vigilant au niveau de mon effectif, obligé de mettre le paquet. J’ai entendu parler de « Ndolé » , il faut le dire ce met Camerounais je ne le mange pas quand j’entre en stage car il n’est pas conseillé pour un sportif. Pour être plus sérieux, toute personne qui viendra avec l’Esprit de vouloir me corrompre, sera simplement refoulée. Il faut rester professionnel dans son travail.’’

Jean Morand Mbarga

Complexe Sportif Olembe – Marc Debandt (Directeur du projet):  » Les travaux vont prendre quatre mois » !

Marc Debandt, le directeur du projet de construction du complexe sportif d’Olembé à Yaoundé a tenu à rassuré lors du point de presse donné à l’ambassade d’Italie que les délais d’exécution des travaux seront respectés:

« On a déjà préparé le planning pour la tribune, le planning pour le tour de propreté aussi. Nous allons commencer avec les travaux de béton au mois d’août. Les travaux vont prendre quatre mois. Entretemps, la construction de la toiture et autres se font dans des usines à l’étranger. Son montage se fera entre octobre et début mars. Entre le début 2018 et les mois de juin-juillet, nous allons réaliser les premières finitions. Nous prendrons jusqu’en fin 2018 pour réaliser les installations ».

Propos recueillis par Jean Morand Mbarga

Cameroun – Football – MTN Elite one: Le Canon fait un bon nul face à Coton (1-1) !

Le Canon Sportif de Yaoundé n’a plus droit à l’erreur et le sait bien. Les poulains de Jean Pierre Fiala Fiala ont arraché un précieux point ce lundi face à Coton Sport de Garoua. Menés rapidement au score 1-0 sur un but de Moise Sakava, le Canon va égaliser sur pénalty en seconde période grâce à son capitaine Ndzana suite à une main dans la surface. Les vert et rouge vont ensuite pousser pour empocher les trois points, mais les protégés de Minkréo Birwé vont tenir bon. Un match nul qui empêche aux camarades de Daouda Kamilou de véritablement décoller.

Jean Morand Mbarga

Complexe Sportif « Paul Biya » d’Olembe : voici ce qu’il faut retenir du point de presse donné à l’ambassade d’Italie !

Un point de presse sur l’avancement de l’état des travaux du complexe sportif « Paul Biya » d’Olembé dans la ville de Yaoundé a été donné ce lundi 17 juillet 2017 à l’ambassade d’Italie. La principale information à retenir est que le Cameroun aura son stade avant la CAN.

La salle de conférence de presse de l’ambassade d’Italie située au quartier Bastos à Yaoundé, capitale politique du Cameroun était bondée de journalistes venus recueillir la bonne information sur l’état d’avancement des travaux de construction du complexe sportif qui portera le nom du chef del’Etat. Autour de SE Samuela Isopi, ambassadeur d’Italie au Cameroun, messieurs Eloy Suarez, Marc Debandt et Gabriel Ngaha respectivement architecte, Directeur et chargé de mission du projet. Après avoir présenté le projet aux hommes de médias dans les moindres détails, celui qui a fait ses peuves dans la construction du stade de Turin, de l’Olympico  (stade de la Juventus de Turin et de l’AS Roma en Italie) pour ne citer que ceux-là a tenu à ce que toutes les zones d’ombres soient levées. Ainsi, dans une série de questions-réponses dirigée par l’ambassadeur dans une belle ambiance, voici ce qu’il y a lieu de retenir :

  • Le stade du complexe sportif sera prêt lors de la visite de la CAF en Septembre 2018,
  • La majorité des matériaux qui seront utilisés sont préfabriqués dans les usines italiennes,
  • Le matériel qui viendra d’Italie n’est pas du provisoire ou du plastique, c’est du béton armé, des coffrages métalliques
  • Le premier bateau arrive dès la 2e semaine de Septembre via le port de Kribi,
  • La deuxième partie de constructions des autres activités se poursuivra après la CAN (Hôtel, Piscine olympique…
  • On peut estimer le pourcentage de réalisation à ce jour à 10%

Après ces échanges entre les hommes de médias et les experts, l’ambassadeur s’est dit à la disposition de la presse pour la bonne information.

Jean Morand Mbarga

INFRASTRUCTURES SPORTIVES: Il n’y a point péril en la demeure !

Des voix alarmistes s’élèvent pour s’inquiéter de l’éventuel retard dans la construction des stades devant abriter la CAN 2019 au Cameroun. Manifestement à tort…

L’on peut sans ambages l’affirmer d’un ton péremptoire : la CAN masculine de football édition 2019 se jouera bel et bien au Cameroun. En reposant cette certitude sur des éléments probants. Où l’on trouve en premier lieu l’engagement personnel du chef de l’Etat lui-même, Paul Biya en ayant fait une de ses préoccupations majeures. Le président de la République, on le sait, étant de ces hommes conséquents qui n’acceptent pas l’échec, surtout quand de tels manquements pourraient rejaillir négativement sur le blason de notre pays, qu’il n’a cesse de redorer. Ensuite compte tenu de l’implication de certains responsables nationaux qui en ont fait une exigence de leurs bilans futurs, à l’instar du ministre de la Jeunesse et des Sports, et de l’exécutif de la Fécafoot dont les manettes sont tenues par des hommes et femmes déterminés à assurer à cet événement un succès retentissant.

Pourtant, depuis quelque temps, certains de nos compatriotes poussent des cris d’orfraie pour s’inquiéter du retard qui serait pris dans le volet réalisation des infrastructures sportives devant accueillir cette compétition. Au point de jouer aux oiseaux de mauvais augure en affirmant déjà, que notre pays ne sera point prêt pour le jour J, et qu’il y a fort à parier que l’organisation de ces joutes sportives tant attendues nous sera retirée ! En dehors des commentaires du quartier, dans lesquels les arguments spécieux se mêlent aux arguties de toutes sortes, même les gens de médias s’y mettent et s’en donnent à cœur joie, avec une délectation laissant croire qu’ils seraient bien heureux de nous voir échouer… on reconnait à la presse le rôle de lanceur d’alertes, pour empêcher que l’on aille dans le mur quand il s’agit d’enjeux importants pour la vie de la nation. Mais de là à crier avec les loups, sans retenue aucune, il y a un fossé, mieux un gouffre que l’on ne devrait pas si allègrement franchir. En une telle occasion l’on attend de nos journalistes en effet, qu’ils vendent l’événement pour un faire un succès à marquer d’une pierre blanche sur l’échiquier continental, qu’ils en accompagnent la préparation et le déroulement, au lieu de jouer aux apprentis sorciers passant leur temps à dessiner le diable au mur.

A l’évidence la sérénité devrait être de mise, à en croire des sources proches du dossier. Le Ministre camerounais de la Jeunesse et des Sports, grand ordonnateur de cette geste, fera du reste une sortie médiatique  demain, en compagnie de celui de la Communication. Il sera ainsi question pour lui d’édifier les uns et les autres sur le véritable état des lieux pouvant être dressé, les réalisations faites et celles à venir. Portant en l’occurrence sur des rubriques comme celle concernant les infrastructures sportives, et autres. Car pour assurer la réussite de l’événement il ne s’agit pas seulement de la construction des stades, mais de tout ce qui concourra au bon déroulement de la CAN masculine que le Cameroun organisera depuis… 1972 ! On peut penser aux infrastructures autres que celles liées à la pratique du sport stricto-sensu, l’amélioration qualitative des communications  téléphoniques, l’hébergement et la restauration, la sécurité, etc.

En définitive, l’on peut d’ores et déjà demander aux Camerounais de s’apprêter pour cette compétition qui se jouera bien sur le territoire national, et qui devrait connaitre un succès encore plus éclatant que celui qu’aura connu la dernière Can féminine s’étant tenue en terre camerounaise, et qui nous a valu de nombreuses et sincères félicitations de par le continent, et le monde entier.

Léopold T. YAMDJEU

Maquette du complexe sportif de Douala Japoma

Cameroun – Football – Astres-Apejes Sokba Oumarou: « Je reste optimiste pour la suite de la compétition « 

« Astres a fait le jeu qu’il fallait pour prendre les trois points, ils ont entièrement mérité leur victoire. C’est nous qui n’avons pas été à notre niveau. On ne s’attendait pas à ça, surtout avec les buts qu’on a encaissé. On a offert des opportunités à l’adversaire. Je pensais qu’on pouvait maintenir le score de parité jusqu’à la mi-temps et revenir défendre, mais ça n’a pas été le cas. On va continuer à bosser. Je ne vais pas m’alarmer sur une défaite aujourd’hui, je vais penser au prochain match, parce que dans cette bataille, il faut avoir les nerfs solides pour pouvoir tenir. Les joueurs vont se reposer, je n’ai rien à leur dire, ils ont fait le maximum lors de ce match, même si ça n’a pas marché. J’espère que lors du prochain match contre Feutcheu, ça va marcher. Je reste optimiste pour la suite de la compétition. On avait besoin de ces trois points pour nous maintenir, mais c’est un objectif qu’on n’a pas atteint. »