LIONS INDOMPTABLES: L’ESPOIR RENAIT !

Après la bataille de Blida, le consultant Adam Poumie connu pour son franc-parler est tombé sous le charme de la détermination et la réussite des Lions Indomptables du Cameroun qui préparent leur quart de finale contre le Sénégal ce samedi à Franceville ! il revient sur les mérites de cette équipe et note ce qu’il faut améliorer !

« Les Lions Indomptables du Cameroun de la cuvée 2017 du sélectionneurHugo Broos sans faire de bruits sont entrain d’écrire une page de l’histoire du football camerounais.

En effet, depuis 2010 que le Cameroun n’avait plus atteint les 1/4 de finale de la coupe d’Afrique des Nations,le capitaine Benjamin Moukandjo et ses hommes ont réédité cet exploit si on peut le dire ainsi dans cette édition.  Sortir de la poule A et valider leur ticket pour le second tour !

Rien n’aura été facile au départ avec les  défections des cadres tels que les frères Matip, Choupo Moting,la non convocation des joueurs comme Song,Kameni, Mbia,et le désistement des jeunes comme Zambo anguissa et André Onana;Hugo Broos devait composer avec ce qu’il avait sur la main. Le technicien belge ne s’est pas pour autant démonté. Ngandeu,Mabouka,Fai, Ndip Tambe,Bassogog,des illustres inconnus ont fait leur apparition.

Après un stage ponctué par deux matchs amicaux dont une victoire contre la RD CONGO et un nul contre le ZIMBABWE, le publics camerounais restaient assez sceptique  sur la capacité des lions à faire bonne figure dans cette compétition. A l’entame de la CAN,le Cameroun logé dans la poule A devait affronter des adversaires  tels que le Burkina- Faso, la Guinée Bissau, le Gabon pays organisateur,pas des foudres de guerre en palmarès africains mais les réalités du terrain allaient nous prouver le contraire.Dès le premier match,les Lions sont contraints à un partage de point contre les poulains de Paolo Duarte. La deuxième rencontre allait être encore plus disputée. Ils sont allés chercher au plus profond de leurs tripes pour venir à bout de cette coriace équipe de la Guinée Bissau  après avoir été mené au score, avec notamment la révélation de la CAN, Christian Bassogog;et enfin le troisième match contre les Panthères du Gabon,dans une ambiance de folie, amenés par leur capitaine Pierre Aubameyang meilleur joueur africain 2015, devant Ali Bongo, Président de la République du Gabon et plus de 30.000 spectateurs dans un stade surchauffé, les Lions ont réussi l’exploit d’éliminer une fois de plus le pays organisateur de la compétition.Fabrice Ondoa, le grand bonhomme de cette rencontre ainsi que tous les autres ont démontré une fois de plus qu’« IMPOSSIBLE N’EST PAS CAMEROUNAIS ».

Il est vrai que sur le plan technico tactique, il y a à redire,car  les choix du technicien belge prêtes de fois à confusion, mais on est tous d’accord que « l’ESPRIT LION »,le « HEMLE » qui a toujours caractérisé cette équipe du Cameroun est resté intact.

Ces prestations héroïques ont rallumé la flamme patriotique des camerounais pour leur équipe nationale;si on ne vante pas la qualité du jeu technico tactique des Lions,au moins de cette cuvée  ressort des individualités  tels que  Ondoa,Bassogog,Ngandeu Oyongo,Moukandjo,Fai,et l’inoxydable Nicolas Nkoulou qui est revenu à son vrai niveau de jeu.

Les camerounais parlent de leur équipe avec plus de fierté aujourd’hui  et l’on peut constater l’engouement général à chaque fois que les Lions descendent dans les pelouses gabonaise,les frissons qui montent quand la sonorisation lance « ô Cameroun berceaux de nos ancêtres.»

La prochaine rencontre s’annonce rude,une bataille entre deux grands fauves d’Afrique,ce qui est sûr quelqu’un soit l’issue de cette confrontation, une nouvelle génération des Lions a vu le jour et on pourra compter a l’avenir sur cette équipe »

 

LIONS INDOMPTABLES: La chronique d’Obam Ongola !

Christian Ndinga fait partie des écrivains camerounais de la diaspora les plus lus. Depuis Lille en France où il réside, le camerounais est connu sous l’appellation d’Obam Ongola sa plume parle, touche, enseigne et émeut ! Après la qualification des Lions Indomptables à l’étape des quarts de finale, il a dédié une de ses chroniques  aux poulains d’Hugo Broos à qui il compare à cette sélection de « No name » partie à la CAN au Maroc en 1988 et qui surpris tout le monde.

« En 1988, je faisais 5è au C.E.S de Ngoa-ekelle j’étais jeune de 14 ans, j’habitais le quartier Kondengui et j’assistais aux entrainements et matches du Canon de Yaoundé au stade malien. Notre équipe qui allait au Maroc était traitée de tous les noms d’oiseaux, personne ne vendait chère sa peau, d’où le premier retour de Roger Milla qui venait d’organiser son jubilé. J’avais mal et peur d’entendre ce qu’on disait au passage des Richard Abena, Charly Ntamack, Victor Ndip-Akem, Mabouang Kessack etc… Ils ont tout donné au Maroc et sont rentrés au Cameroun avec le trophée et tout le monde les adule et les cite aujourd’hui en exemple. Leur Hemlè, ajouté à leur talent nous a fait passer outre le Maroc, l’Egypte, l’Algérie, la Côte-d’Ivoire et le Nigeria.

Chers lions, vous pouvez faire pareil si vous continuez de jouer en équipe, d’être solidaire même dans la difficulté car avant le démarrage de cette compétition, nombreux sont ces pourfendeurs qui ne vendaient pas cher votre peau.

En se qualifiant aujourd’hui pour le second tour, vous avez contredit les sceptiques, ces fanatiques camerounais qui se permettent de tout. Après votre qualification, vous leur avez passé un message, vous n’êtes peut-être pas bon, vous n’êtes pas des grands joueurs qu’ils espéraient voir en équipe nationale, mais vous êtes tous camerounais et vous essayer de défendre au mieux les lions parce que vous aimez aussi votre pays.

A ces supporters-là, que de déverser votre haine véhiculer une onde positive ça peut aussi aider l’équipe que de penser que ce sont seulement les 23 joueurs qui défendent les couleurs sachez que ce sont les 23 millions de camerounais. En tout cas vos vrais supporters sont là, ils comptent sur vous car vous avez su crier plus fort que la panthère. Bonne chance chers lions et faites nous rêver davantage malgré la difficulté qui vous attend face au Sénégal qui est l’ogre de la compétition mais bon tout se joue sur un match. Vives les lions indomptables du Cameroun »

Jean Morand Mbarga et les Chroniques d’Obam Ongola

contact@lasymbiose-news.com

« Les défis et challenges qui nous interpellent sont nombreux mais exaltants… »

Le Président National du SYNAFOC, Gérémi Njitap dresse le bilan de l’année 2016 et annonce une nouvelle dynamique pour 2017. L’intégralité du message de Njitap aux footballeuses et footballeurs camerounais.

Footballeuses et footballeurs, chers camarades syndiqués,

2016 a été à la fois une année difficile et compliquée pour le Syndicat National des Footballeurs Camerounais et ses syndiqués. L’année qui s’est achevée a eu son lot de bonheur et de malheur, de joie et de tristesse.

Le mois de mai nous aura été particulièrement fatal. La mort a frappé de plein fouet la grande famille des footballeurs camerounais. Le SYNAFOC a perdu trois des ses membres et pas des moindres.

Inès Yaell Ndong

En effet, notre président national, David Mayebi, pionnier de l’action syndicale dans le football en Afrique s’en est allé, fauché par un accident vasculaire cérébral, alors qu’il avait encore tant et tant de choses à nous apporter.

Le milieu international Patrick Ekeng a perdu la vie sur un terrain de football en Roumanie, des suites d’un malaise cardiaque.

Jeanine Christelle Djomnang, gardienne de but de Femina Stars d’Ebolowa, a été emportée par un malaise alors qu’elle s’échauffait pour prendre part à un match de championnat.

A ces décès est venu s’ajouter au mois de juin celui de l’ex-président du TKC et administrateur de la FECAFOOT, Monsieur Essomba Eyenga.

Tous ces décès ont été des moments de grande douleur et de tristesse pour la famille du football camerounais et au-delà. Mais grâce à la solidarité et la compassion des uns et des autres, nous avons pu affronter ces épreuves avec courage et dignité.

Nous vous invitons donc à avoir une pensée pieuse pour ces illustres syndiqués décédés l’année dernière, ainsi que pour nos trois jeunes footballeurs qui ont récemment perdu la vie en Azerbaïdjan.

Chers camarades syndiqués,

Outre les décès, 2016 aura aussi été une année difficile pour les footballeuses et footballeurs évoluant au Cameroun. Nos camarades syndiqués ont vu leurs conditions de travail et de vie se dégrader considérablement, la faute à l’insolvabilité quasi totale des clubs. Les droits des footballeurs sont systématiquement bafoués comme l’atteste la récente enquête rendue publique par la FIFPro. Les statistiques contenues dans le « Rapport global 2016 de la FIFPro sur les conditions de travail des footballeurs professionnels » sont alarmantes pour ce qui est de l’Afrique en général et du Cameroun en particulier.

Tenez, en Afrique, 56% de footballeurs accusent des retards de salaires depuis les deux dernières saisons. Au Cameroun, ce taux est de 85%. De même, environ 70% de footballeurs évoluant au Cameroun n’ont pas de copie de leur contrat. Ce rapport de la FIFPro parle également d’autres manquements tels que : le suivi médical des joueurs qui est mal assurés, la faible rémunération, etc.

Nous devons tous mettre le pied à l’étrier pour inverser cet état de choses. Et cela passe par une adhésion massive au SYNAFOC. Car, unis et solidaires, nous seront plus forts dans la revendication de nos droits, plus respectés et mieux écoutés.

Footballeuses et footballeurs camerounais,

2016 n’aura pas qu’été triste pour le football camerounais. L’année qui s’est achevée a également connu quelques rayons de soleil :

En bonne place figure, la brillante prestation des Lionnes Indomptables à la CAN féminine 2016 que notre pays a organisée avec succès. Nos vaillantes et valeureuses sœurs, bien qu’ayant trébuché au moment de franchir le dernier obstacle qui mène sur la plus haute marche, nos vaillantes sœurs disais-je, nous ont fait vibrer et rêver. Elles ont procuré de la joie et de la fierté à des millions de camerounais.

Chères Lionnes Indomptables, le SYNAFOC vous dit une fois encore, BRAVO et MERCI, tout en précisant que le meilleur reste à venir.

Au chapitre des points positifs de l’année écoulée, nous citerons aussi :

La qualification des différentes sélections aux CAN prévues en 2017 ;

L’organisation de l’assemblée générale élective qui a permis au SYNAFOC de se doter d’une nouvelle équipe dirigeante, etc.

Chers camarades syndiqués,

2017 est une année charnière pour le SYNAFOC et ses nouveaux dirigeants.  Les défis et challenges qui nous interpellent sont nombreux mais exaltants et nous devons – avec le concours de tous – les relever avec brio.

Ainsi, nous seront plus vigilants et rigoureux, voire agressifs – dans le bon sens du terme – au sujet du respect des droits des footballeurs.

Nous allons intensifier nos campagnes de sensibilisation et de formation.

Nous allons relancer notre challenge de « Joueur du Mois ». Ce challenge sera couronné en fin d’année par une grande cérémonie de récompenses des meilleurs acteurs de la saison dénommée : « Trophées SYNAFOC ».

Nous allons redynamiser notre communication. Pour cela, nous allons relancer notre magazine écrit et nous doter d’un nouveau site web plus attractif et plus performant entre autres.

Le SYNAFOC place donc l’année 2017 sous le triple signe de la préservation des acquis, du renforcement de la défense des droits et intérêts des footballeuses et footballeurs camerounais et, l’instauration d’un climat harmonieux, constructif et coopératif.

Permettez-moi maintenant de vous présenter nos vœux les meilleurs pour 2017.

Nous vous souhaitons à tous  santé, bonheur, réussite, succès progrès et prospérité. Que 2017 soit une année de belles et grandes victoires pour tous les footballeuses et footballeurs camerounais en général et nos syndiqués en particulier.

Bonne et heureuse année à toutes et à tous ! 

 

contact@lasymbiose-news.com

Lions Indomptables : Bravo Monsieur Broos !

Que le camerounais qui n’a pas jeter la pierre sur le sélectionneur belge du Cameroun lève son petit doigt. Ils ne seront pas nombreux, ceux qui le feront et ils savent pour quelles raisons.

Malgré les résultats qui parlent en sa faveur depuis son arrivée, le technicien belge a toujours vu une partie des « supporteurs » des Lions Indomptables lui attribuer tous les noms d’oiseaux de mauvais augures ! Sans tam-tam ni tambours, Hugo Broos a continué son travail et répondre sur le terrain.

Comment ne pas se rappeler de ces défections en cascades de certains joueurs qui préféraient se mettre au service de leur club en Europe au détriment de la patrie. Un doigt accusateur avait encore été pointé en direction de l’entraineur qui rassurait qu’il avait confiance en ceux qui étaient là. A l’annonce de la liste des 23 qui devaient défendre le drapeau national au Gabon, là encore, certaines mauvaises langues parlaient d’une simple balade à Libreville avec pour seuls objectifs de « participer » comme le disait Pierre de Coubertin et dépenser par la même occasion l’argent du contribuable camerounais. Mais comme d’habitude,  le natif de Grimbergen restait calme et demandait un peu de patience aux camerounais pour juger le travail qu’il est venu abattre au pays de Roger Milla et Samuel Eto’o.

Une fois à Libreville, l’ancien joueur de l’équipe nationale de Belgique verra encore ses choix critiqués par les nombreux « experts » en la matière que regorge le Cameroun par m² dans les villes du Cameroun. Seulement, les résultats sont là, ils parlent d’eux-mêmes. Et c’est peut-être là le problème des faits, c’est qu’ils sont têtus ! Aujourd’hui, le Cameroun est qualifié pour les 1/4 de finale de la 31e édition de la Coupe d’Afrique des Nations en éliminant le Gabon de Pierre-Emerick Aubameyang et Didier Ndong.

Sept ans que cela n’était plus arrivé, sans nom ronflant, ni véritable stars, mais seulement avec une bande de garçons réunis, par un homme, caressant le même rêve : faire honneur à la patrie. Et tout le monde attribuera la victoire aux joueurs sur le terrain oubliant le travail et l’abnégation de Monsieur Broos ! Bravo coach !!!

Hugo Broos (sélectionneur du Cameroun, qualifié en quarts de finale de la CAN) :

«Nous sommes qualifiés et nous sommes très contents. Nous allons jouer contre le Sénégal, la meilleure équipe du tournoi. Aujourd’hui, si nous avions été malchanceux, nous aurions pu encaisser deux buts d’entrée de jeu. Notre début et notre fin de match étaient très mauvais. Entre les deux, on fait un bon match. Bassogog a reçu un coup sur la cheville. On verra demain (lundi) si c’est grave ou pas. On a une semaine, cela devrait être assez pour qu’il soit prêt pour le match de samedi prochain. Le temps est fini de jouer tout le temps avec les mêmes onze joueurs. J’ai 23 joueurs et je vais tous les faire jouer, car j’ai confiance en tout le monde.»

Jean Morand Mbarga

contact@lasymbiose-news.com

Wembe Samuel (Pdt Ligue régionale de l’Ouest)

 « En ma qualité de membre du comité exécutif de la Fécafoot il est de bon ton que je sois à Libreville pour soutenir les lions comme vous et la plupart des compatriotes qui ont effectué le déplacement. Il faut néanmoins remarquer que les lions sont au dessus de la moyenne et ils l’ont démontré une fois de plus lors du dernier match contre la Guinée Bissau bien qu’ayant mal commencé la première période, mais ils ont su se rattraper en deuxième mi-temps et mon souhait aujourd’hui est de les voir dans la continuité de cette deuxième mi-temps face à la Guinée Bissau. Je suis convaincu que passer cette phase de poule le Cameroun ira très loin dans cette compétition et je vois déjà la finale pourquoi pas ; mais le plus difficile est déjà de sortir de la phase de poule. Le Gabon a plus de pression que nous mais nous à défaut de la victoire il faut absolument négocier un match nul pour être qualifier et je pense que nos enfants en jouant libéré peuvent faire un bon résultat et au regard de l’ambiance, l’équipe est sereine et bien en place ce qui augure quelque chose de positif et j’ai foi en la qualification aujourd’hui »

leopold Yamdjeu

contact@lasymbiose-news.com

Football : Onambele accuse Semengue de subversion et de manipulation!

« Par la voie de certains de vos administrateurs, vous nous demandez de grever pour emmener le gouvernement à sortir des fonds des caisses au bénéfice de la Ligue ». C’est l’une des phrases fortes de la lettre que Onambelé Zibi Emile, Président de l’Association des Clubs d’Elite du Cameroun (ACEC) a adressée au Président de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC), Pierre Semengue le 16 janvier 2017. En plus, toujours selon le Président de l’ACEC, « Par ailleurs, vous alertez les services de sécurité pour signaler que l’ACEC rentre en rébellion contre le gouvernement et nous avons été saisis par ces services pendant que nous étions encore en réunion ».

Ces phrases intriguent plus d’un lorsqu’on imagine la nature des relations entre le Président de la LFPC et le Président de la République. Des relations réelles ou supposées. Il y’a deux ans le Président de la LFPC avait déclaré que les 500 millions envoyés à la LFPC à sa demande sur papier à entête de l’institution dont il a la charge étaient un cadeau que son ami Monsieur le Président de la République. Curieux management.

Le Président de l’ACEC profite de ce qui précède pour avertir le Président de la LFPC « Compte tenu de la gravité de ce qui précède, nous vous rappelons pour votre gouverne que : L’ACEC est une Association responsable et ne saurait nuire ni à la paix, ni à la cohésion sociale chère au Camerounais et Président Paul Biya ».

Dénonciation du management

« Le courrier destiné aux clubs est ventilé aux médias avant qu’il ne soit reçu par les destinataires. Nous disons non à la mort de la Ligue comme celle de la LINAFFOTE. La Présidence de la République, le Premier ministère, le ministère des Finances gèrent les grands problèmes de la nation et non ceux liés à une association. La FECAFOOT reste et demeure notre tutelle. Ramenons la paix et la sérénité dans ces structures professionnelles de football, pour que celui-ci soit sauvé ».

Onambele Zibi Emile et Pierre Semengue se connaissent très bien. Ils ont servi le pays dans bien de couloirs qu’ils peuvent s’imaginer dans des rôles et insinuations. La réponse du berger à la bergère est donc un message fort pour les prochains jours.

Fabrice Atangana

contact@lasymbiose-news.com

CAN GABON 2017 : Hugo Broos « Continuer de se battre pour se qualifier aux quarts de finale »

Face à la presse hier, le sélectionneur du Cameroun, conscient que le public attend des Lions indomptables une victoire impérative, confie avoir exigé de ses joueurs de loger le cuir au fond des filets sans se poser de questions.

Nous avons fait un bon match face au Burkina Faso. On a eu des occasions et je pense qu’on méritait de gagner ce match. Il est vrai qu’on est déçu du score, mais pas de notre performance.
Depuis, quand je regarde comment mes joueurs se comportent pendant les séances d’entraînement, je suis convaincu qu’ils feront un bon résultat mercredi. Dans un autre sens, il va falloir faire très attention. Nous sommes dans un groupe où les quatre équipes ont 1 point. Cela veut dire que tout le monde va
continuer de se battre pour aller en quart de finale. Depuis samedi, nous avons eu l’occasion de beaucoup travailler et de corriger ce qui n’a pas marché contre le Burkina Faso. Toute l’équipe est consciente que le match de demain est un autre match, et qu’il va vraiment falloir mettre le paquet pour le gagner. Nous allons être plus forts mentalement, et plus aptes à concrétiser nos occasions. J’ai dit à mes joueurs que nous devons gagner ce match. Nous ne devons pas être déconcentrés. Nous devons profiter de chaque occasion et prendre le temps pour faire le bon geste. Je leur demande de mettre le ballon
au fond des filets. Nous avons un jeune groupe, et c’est normal que de temps en temps ils puissent rater des occasions nettes. Mais je pense qu’ils ont appris.

Propos recueillis par L.Y.

contact@lasymbiose-news.com

Lions Indomptables – Hugo Broos : « L’état d’esprit du groupe est excellent » !

contLes Lions Indomptables du Cameroun redescendent dans l’arène ce mercredi 18 Janvier 2017. Après avoir concéder le match nul (1-1) les poulains d’Hugo Broos, semblent avoir retenu la leçon. En conférence de presse de ce mercredi, le sélectionneur a voulu rassurer tout le monde en revenant d’abord sur la rencontre contre le Burkina Faso où il pense d’ailleurs que le « Cameroun a fait un très bon match samedi. Nous méritions de le gagner. Les joueurs étaient donc déçus par rapport au résultat. Mais quand je les ai vus hier à l’entraînement, je suis confiant qu’ils sont prêts pour le combat de demain. » Sur le cas de Christian Bassogog, il pense qu’il « est sorti sur blessure samedi, mais nous avons un bon staff médical et je pense qu’il sera prêt pour demain. Par ailleurs, en discutant avant lui, je sais qu’il a à cœur de faire oublier la grosse occasion qu’il a manqué au premier match. » En ce qui concerne le défenseur de l’Olympique et sur sa non-titularisation, Broos rassure encore : « C’est vrai que Nicolas Nkoulou n’a pas été aligné au premier match. Mais c’est un grand professionnel. Il comprend mes choix et j’aurai encore besoin de son expérience pour les prochains matchs. Je voudrais aussi dire que l’état d’esprit du groupe est excellent. Aucun joueur ne se sent seul».

Jean Morand Mbarga

contact@lasymbiose-news.com

Cameroun – CAN 2017/Christian Bassogog: «Je ne peux pas me comparer à Lionel Messi. Moi, dans ma tête, je sais que je suis Bassogog»

L’attaquant camerounais veut garder la tête sur les épaules nonobstant les appréciations du public camerounais qui l’adule à chacune de ses prestations.

Le public camerounais tient désormais son idylle au sein des Lions indomptables. En quelques apparitions, Christain Bassogog l’a conquis et le public le lui rend bien. Au point de le comparer à Lionel Messi, le footballeur argentin. Le joueur, lui, veut garder la tête sur les épaules.

«Je ne peux pas me comparer à Lionel Messi. Moi, dans ma tête, je sais que je suis Bassogog. Je fais ce que j’ai à faire sur le stade et le plus important est d’apporter un plus à l’équipe», a rétorqué Bassogog interrogé par Cameroon Tribune sur le surnom «le Lionel Messi du Cameroun» que lui colle déjà le public camerounais.

Le joueur s’en veut même d’avoir raté plusieurs occasions de but face au Burkina Faso lors de la première journée de la CAN Gabon 2017 dans le groupe A. «J’aurai bien sûr souhaité marquer des buts contre le Burkina Faso, car nous avons eu des opportunités, mais ce sont des choses qui arrivent en football. On ne fait pas toujours les bons choix. Le plus important est de savoir se remettre en question et de mettre le ballon au fond des filets à la prochaine occasion», dit-il.

Le joueur qui est à sa première Coupe d’Afrique des Nations veut jouer tous les coups à fond. «C’est une expérience magnifique pour moi de jouer une CAN, surtout à mon âge (21 ans, NDLR). Il y a d’autres qui sont là aussi, plus jeunes même, mais c’est une fierté pour moi et mon entourage d’être ici, rien que du bonheur».

Et aux supporters qui l’adulent, il promet «de passer le premier tour et après on verra ce qui va se passer».

Source : Cameroon-info.net

LFPC – Général Pierre Semengue : « Ce n’est que la saison prochaine que nous serons vraiment prêts »

Le Président de la Ligue du Football Professionnel du Cameroun était face à la presse ce mardi 17 Janvier 2017 après le niveau report de la date du début des championnats de Ligue 1 et 2.

« Beaucoup de choses sont prêtes à démarrer mais… On ne  s’attendait pas à ce que le déblocage des 350.000.000 F.CFA soit conditionné par un acte juridique, on n’avait pas prévu ça. Voilà pourquoi je dis que nous avons été surpris. C’est ça le premier problème. Deuxième problème, je l’ai dit tout à l’heure en ce qui concerne les sponsors et autres que les sociétés privées sont entrain de tenir leur conseil d’administration, nous les avons contacté, il y a beaucoup qui veulent venir mais, ils ont leur conseil d’administration, ce n’est qu’après ça, les négociations sont d’ailleurs en cours avec certaines. D’ailleurs je ne peux pas dévoiler ce volet maintenant, mais je dis que nous aurons fait le point au cours de la saison, mais ce n’est que la saison prochaine que nous serons vraiment prêts. Nous sommes en train de négocier »

Jean Morand Mbarga

contact@lasymbiose-news.com