Football – Lionnes U20 – Charles Kamdem (sélectionneur) : « Toutes les filles ont encore une chance » !

« Le stage se passe dans de très bonnes conditions, nous avons commencé le 26 juin, et là nous sommes pratiquement à 12 jours de la préparation, il nous reste trois jours pour la fin. Les filles sont très appliquées et sérieuses. Nous avons rencontré quelques difficultés surtout liées à un manque sur le plan physique. Le stage consistait en lui-même à la détection des joueuses qui vont faire partie des U20, celles qui étaient là les années antérieures sont passées au niveau supérieur, elles n’ont plus l’âge et  il fallait un nouveau groupe. Maintenant, si le moment nous le permet de faire le tri pour avoir un bon groupe. Nous avons d’abord fait une évaluation sur le plan physique, ensuite, améliorer les qualités techniques des enfants, vous savez pour avoir un bon collectif, il faut avoir une bonne technique individuelle. Nous continuons la détection puisque nous avons des postes encore à pourvoir tels que le côté droit et surtout retrouver des perles rares puisqu’il y en a toujours dans le championnat, nous regardons les matchs avec beaucoup d’attention. » qu’est-ce qui explique la présence massive des anciennes mondialistes « Jordanie 2017 » ?  C’est une continuité, vous savez, lorsqu’on quitte les cadets, on retrouve les juniors. Ce n’est que logique si notre effectif est constitué à 80% des joueuses qui étaient en Jordanie, ce qui est une bonne chose pour nous. Il reste encore un deuxième regroupement pour la prospection et la détection et nous allons poursuivre dans tout le pays afin que d’ici deux semaines, on ait un bon groupe. Mais en faisant cette détection, il faut dire qu’il existe déjà un groupe que nous avons en main que nous continuons de suivre, de préparer parce qu’en même temps on commence déjà à préparer l’équipe qui va jouer le 16 septembre à Conakry. » A la question de savoir si les autres filles ont encore une chance, celui qui garde toujours une oreille attentive aux résultats de Fovu de Baham répond ; « Toutes les filles ont encore une chance » !

Jean Morand Mbarga

Coupe du Cameroun : ça passe pour Espoir de Mbalmayo, ça casse pour Poumie FC !

Destins croisés entre deux clubs partageant les mêmes installations d’entrainement. Poumie FC a vu son aventure s’arrêter précocement au 3e tour de la coupe du Cameroun, battue aux prolongations au à Mbalmayo par Derby de Mfou FC (1-2)

Au stade de la CNPS d’Emana à Yaoundé, les enfants de Jean Merlin Djomou viennent de valider leur ticket pour la suite en venant à bout de Bantou FC d’Obala (3-2). Déjà 8e de finaliste l’édition précédente (éliminés par Dragon FC), les camarades de Jean Louis Mounga (auteur d’un doublé) rêvent rééditer l’exploit.

Jean Morand Mbarga

ABDOURAMAN HAMADOU BABA: Pour qui ou quoi roule-t-il ?

En cherchant si hargneusement la déstabilisation de la Fécafoot, cheville ouvrière du sport-roi cher à nos cœurs, l’on ne doit pas seulement être vigilants vis-à-vis de cet activiste, mais méfiants !

« Cet homme est dangereux pour le Cameroun. Mais qu’il se méfie, car le football est tout ce qui nous reste. S’il veut continuer à foutre le bordel, on devrait s’occuper sérieusement de lui ! » Ainsi s’indigne un amoureux du ballon rond, qui comme l’immense majorité de ses compatriotes, trouve en la pratique du ballon rond leur exutoire. D’où le légitime courroux qui l’anime contre Abdouraman Hamadou Babba, qui fait de l’affaire Fécafoot un feuilleton interminable. Usant et abusant d’arguties, de dilatoire, d’arguments spécieux, pour perpétrer son forfait : empêcher Tombi à Roko et son équipe de travailler sereinement, de se consacrer à la tâche pour laquelle celui-ci a été élu. A l’évidence, le programme du président actuel de la Fécafoot, tel que contenu dans sa profession de foi alors qu’il était candidat, était des plus convaincants. Car la maison, M. Tombi la connait dans ses moindres arcanes, pour avoir été non moins que : footballeur amateur, président de club, trésorier de la ligue régionale de football du Littoral, président par intérim de cette même ligue, membre de la commission centrale des arbitres de la Fécafoot, président de ladite commission, membre du comité exécutif et secrétaire général de la fédération.

Ces différentes responsabilités assumées depuis 1978, lui ayant donné l’expertise la plus affûtée pour apporter des solutions aux multiples problèmes que connait notre football. En dehors de cette feuille de route alléchante qu’il se fixait, faite pour convaincre par porteuse du meilleur, un carnet d’adresse fourni tant au plan local qu’à l’international, M. Tombi pouvait s’en prévaloir, son entregent lui ayant permis de se constituer un vivier de relations dont une bonne frange se trouve parmi les membres de la Fécafoot chargés d’élire le président de la structure. C’est dire si, avant le dernier scrutin, tout était plié d’avance. Mais à la régulière, sans que les dés fussent pipés. Refusant le verdict démocratique issu des urnes,  il s’engagea dans sa croisade (le comble pour un musulman) pour gâter les choses, comme on  dit au quartier. Dans les réserves  qu’il n’a cessé de ressasser pour faire annuler l’élection de M. Tombi, ses recours, ses saisines d’instances juridictionnelles, il s’agite tant, sans regarder à la dépense, si bien que l’on commença à se demander où le petit débrouillard qu’on avait connu jusque là avait trouvé assez d’argent pour se permettre de telles dépenses. Certains analystes n’avaient alors pas hésité à évoquer la probabilité d’un financier tapi dans l’ombre, dont le jeune homme de Garoua ne serait que l’instrument.

Au cas où cette hypothèse serait vraie, se poserait la question essentielle  des motivations profondes de celui qui tire les ficelles ; et l’on peut d’ores et déjà subodorer que le champ du possible déborderait largement la sphère strictement sportive. Car déstabiliser notre football, perturber les possibles performances des Lions Indomptables en lesquels se reconnait tout Camerounais, peut saper les fondements mêmes de notre vivre-ensemble et engendrer le chaos.

Si notre ronchonneur de service n’était qu’animé du désir de servir le foot, il arrêterait avec ses procédures, et se et se consacrerait à sa préparation pour le prochain scrutin, avec à l’esprit cette pensée d’Henry Ford : « un échec n’est qu’une occasion pour renouveler avec plus d’expérience une tentative ». Il en serait sorti grandi, et aurait pu capitaliser cette posture de responsable privilégiant l’intérêt général à sa cause personnelle. Hélas il aura choisi la confrontation tous azimuts, l’opposition systématique et farouche, dont le moindre pervers ne fut pas, un temps, de priver la Fécafoot de l’utilisation de ses avoirs financiers, pour paralyser toute action.

En l’état actuel des choses, la paix des braves n’est pas possible à la Fécafoot, car les braves se trouvent d’un seul côté. Celui de Tombi à Roko Sidiki qui, déjà, proclamait alors qu’il briguait la présidence : « Ils ont choisi la dissidence, j’ai choisi la collaboration avec  les pouvoirs publics. Ils ont choisi l’exclusion, j’ai choisi le rassemblement de tous les acteurs du football soucieux d’œuvrer pour la renaissance de notre sport roi. Ils ont choisi les discours, j’ai choisi l’action ». Si le président de la Fécafoot avait insisté comme on le voit sur sa volonté de travailler avec tout le monde, il s’agissait bien comme il le disait clairement, de personnes de bonne volonté. Car pour ceux qui veulent s’auto exclure, il faut bien le leur permettre, puis les empêcher de nuire, s’ils ne veulent être amenés à résipiscence et s’amender.

Depuis l’annonce de la candidature de Tombi à Roko Sidiki, comme tout au long de sa campagne électorale, il n’a donc cessé de prôner ce rassemblement qu’il appelait de tous ses vœux, et l’a mis en œuvre. Comme en apporte l’éclatante preuve son équipe de nos jours aux affaires, dont la composition est le subtil fruit d’un consensus ayant voulu ratisser le plus large possible, pour que nul ne se sente exclu. Par contre, c’est bien l’arme non conventionnelle de l’exclusion qu’ Abdouraman Hamadou Babba défouraille à tout-va. Invité à des tables de négociation, il refuse ici, claque la porte là et s’en gargarise, lorsque des initiatives sont prises pour ramener une saine collaboration.

Qu’il se rappelle qu’en fin février 2008, les émeutes dites de la faim prirent leur départ d’une grève des taximen, qui durent arrêter leur débrayage quand ils réalisèrent que ses conséquences pouvaient être autres que celles qu’ils avaient prévues, finissant par avoir une gravité qui leur en ferait porter le poids devant l’histoire. Abdouraman Hamadou aurait pu se tenir le même raisonnement, et non distraire l’équipe actuelle de la concrétisation de ses promesses. Qui va bon train, et pourrait aller encore mieux, n’eût été ce bâton dans les roues que doit endurer la Fécafoot du fait d’un extrémiste condamné à se retrouver bientôt tout seul.

Florian Kuipou

Football féminin – 11e journée avancée : AS Green City et Eclair régalent (3-2) !

L’un des matchs avancés de la 11e et dernière journée de la phase aller du championnat national de football féminin de première division opposait la formation de Green City à Eclair de Sa’a. Une rencontre riche en rebondissement qui a vu chaque équipe avoir sa mi-temps avant de tourner à l’avantage des filles d’Armand Bessala (3-2). Rosine Ngah et ses camarades sont passées par toutes les émotions ce samedi à Odza. Après avoir mené au score à la Mi-temps (2-0) sur des réalisations de Bénie Minfoumou et Rosine Ngah, les filles de Sa’a vont revenir au score après l’entrée en jeu de Takounda Alexandra qui va réduire le score avant que Ngah Manga ne vienne remettre les pendules à l’heure. Le coach de Green City est alors obligé de lancer Dolorès Tsadjia malgré la fatigue du stage avec les U20 pour stopper l’hémorragie. Pari gagnant puisque ce sont finalement les filles de la Cité Verte vont inscrire un dernier but au temps additionnel sur un corner de Daniella Ruphine Beyina qui retrouve Kameni Flora qui ne se pose pas de question et tue ainsi les espoirs des pouliches de Serge Biwole (3-2). Une victoire qui arrive après une série de trois matchs sans victoire.

Jean Morand Mbarga  

Mauvais perdant: Le kamikaze grille ses dernières cartouches…

Ses critiques acerbes contre Mutations montrent les limites d’une agitation à bout de souffle ne sachant plus où donner du dilatoire.

Son ADN aurait pu être : court les plateaux de radio et télévision, permanemment en quête d’une tribune où dégoiser,  déblatérer des poncifs éculés dont il veut faire des hadiths dignes de ceux du Prophète, dans une aspiration pathologique au positionnement. Mais quoiqu’on en dise, n’agir que par la voix, c’est ne faire que du vent. Surtout quand les propos  tenus sont fâchés avec le bon sens, dans une démarche dont Abdouraman Hamadou Babba mesure certainement lui-même tout le cynisme. Lui qui aime tant les médias lorsque ceux-ci lui ouvrent leurs portes, lui qui magnifiait l’action de la presse écrite toute fois que cette dernière lui accordait de l’espace dans ses colonnes,  le voilà tel Saint-Just qui s’en va pourfendre le quotidien Mutations. Le support utilisé pour sa diatribe étant… sa page facebook, sur laquelle notre attention a été attirée par un confrère pour la circonstance. Car n’allez surtout pas croire que nous puissions  être parme les followers d’un acteur jouant aussi mal un si mauvais rôle, s’en réjouissant et en jouissant  comme un goret s’ébattant avec délectation dans la fange.

Véritable « Sabitou » coupant les cheveux en quatre, d’où son association (momentanée ?) avec Joseph Antoine Bell qui en est un autre champion, Abdouraman Hamadou Babba ratiocine à l’envi, émettant des jugements qu’il veut infaillibles, lui qui éclaire nos ténèbres de ses lumières. Aussi sommes-nous surpris que dans ses vastes connaissances, n’existe point celle relevant du droit de réponse qu’il aurait pu adresser à ce quotidien sur le sérieux duquel l’on n’a plus à épiloguer. La faute de ce journal ? Avoir, dans son édition N°4408 du mercredi 05 juillet dernier, pris Abdouraman Hamadou pour en faire sa Une principale, en révélant à ses lecteurs comment cet homme « défie l’Etat et la Fifa ». Notre consœur Priscilla G. Moadougou signataire des articles concernés, n’ayant fait que  rapporter les propres propos de l’intéressé, et ayant retracé tout le cheminement des batailles d’ Abdouraman. En matière de communication sociale, notre « clairvoyant visionnaire » devrait au moins maîtriser cet aspect des choses, et répondre à l’auteure des papiers l’ayant présenté sous un jour qu’il estime peu flatteur. Les Chinois disent pourtant : «  si vous ne voulez pas qu’on en parle, ne le faites pas ». Mais en évitant ainsi d’écrire à Mutations, et en ne s’épanchant que sur son compte électronique, peut-être qu’il ne s’est agi que d’une bravade, son intention profonde étant qu’il ne veut pas être lu par le maximum de personnes, puisque conscient de la faiblesse de son argumentaire.

Florian Kuipou

FECAFOOT: Abdouraman fatigue la République

 Le jusqu’au-boutisme de celui qui s’oppose à tout compromis en fait un chantre de la division là où les Camerounais veulent voir enfin accordés les violons.

Il y a des faits probants qui se passent de tout commentaire, comme la retentissante victoire de nos Lions  Indomptables à la dernière CAN, sacre inattendu pouvant montrer que même la providence  accompagne la nouvelle équipe dirigeante de la Fécafoot. Car cette structure, depuis un décret du chef de l’Etat signé le 24 septembre 2014, s’est vu rétrocéder la gestion administrative et technique des sélections nationales. Pourtant, ce haut fait d’armes n’a point édulcoré  les velléités déstabilisatrices d’un individu qui se vante d’être l’empêcheur de tourner en rond à la Fécafoot, se bombant le torse au demeurant d’avoir balayé du revers de la main, entre autres, l’implication du chef du Gouvernement en personne qui s’était essayé à arrondir les angles, à trouver un modus vivendi  pour que tout revienne enfin à la normale.  Vous avez dit respect à l’autorité ?

« Cet Abdouraman Hamadou Babba qui vocifère depuis-là, que représente-t-il au juste ? On le dit président d’Etoile Filante de Garoua. Donc ce club existe encore ? On sait que par le passé, il a eu à animer notre football. Mais depuis, il a bel et bien disparu des écrans radar ! Même les présidents du club qui animent véritablement nos championnats ne s’agitent pas ainsi. Tous les efforts ainsi inutilement dépensés par cet homme, ne peuvent-ils pas être utilisés pour remettre l’Etoile Filante parmi les clubs qui comptent ? » Ainsi s’exprime un ancien joueur, qui considère volontiers Abdouraman Hamadou Babba à la Corée du Nord. Elle qui, s’opposant à la communauté internationale, veut envers et contre tous poursuivre son programme d’armes nucléaires. Mais il arrive qu’on en ait assez, et comme le fasse vertement savoir. Le sieur Abdouraman ne mérite pas autre chose, et devrait être neutralisé pour ne plus continuer à distiller son poison qui n’a déjà que trop fait de mal. L’on veut voir tournée cette triste page, sans autres atermoiements.

Florian KUIPOU

Cameroun – football: Coup dur pour Brice Owona et Apejes de Mfou !

L’un des faits marquant du match avancé de la 21e journée du championnat national MTN Elite one qui opposait le Canon Sportif de Yaoundé à Apejes de Mfou (0-0) est la blessure de Brice Owona. Sorti en première période après une intervention musclée du défenseur rugueux de la maison rouge et vert, Axel Ndzana, le capitaine et nouvel homme fort des académiciens a dû quitter le stade, accompagné par l’ambulance. La radio fait état d’une fracture du Radius et l’on parle de plusieurs semaines d’indisponibilité. Le numéro d’Apejes a reçu la visite de son président ce jeudi pour prendre de ses nouvelles. L’artificier qui avait retrouvé toutes les sensations de buteur que l’on lui reconnait en inscrivant le but assassin contre UMS de Loum au stade omnisports (1-0; 18e journée), récidivant ensuite devant Stade Renard de Melong (2-0; 19e journée). « Canard » était devenu un maillon incontournable dans l’attaque de Sokba Oumarou. Vivement que son absence n’ait pas de conséquences négatives dans le groupe des enfants d’Aimé Léon Zang.

Par ailleurs, Brice Owona est le deuxième joueur à sortir par l’ambulance après Junior Dande (20e journée à Douala contre Union) côté Apejes en ce début de la seconde partie du championnat.

Jean Morand Mbarga

Cameroun – Football 21e journée avancée MTN Elite one: Apejes pris dans le piège Canon (0-0) !

Le duel d’extrémités qui opposait le Canon Sportif de Yaoundé (15e/20pts) à Apejes de Mfou (2e/33points) ce mercredi 05 juillet 2017 au stade militaire de Yaoundé s’est soldé par un match nul vierge (0-0).

Le match avancé de la 21e journée du championnat Mtn Elite one mettait aux prises deux clubs de la Région du Centre. Avec deux philosophies de jeu différente, les académiciens de Mfou ont produit leur jeu en construisant des actions dès la base mais échouant à chaque fois devant le portier Eyili Ngosso ou encore dans le mur constitué de Ndzana Axel et Dagobert Mbom. les poulins de Sokba Oumarou par l’entremise de Messi Bouli entré après la sortie sur blessure de Brice Owona, penseront ouvrir le score en seconde période, mais verront leur but refusé par Zemba Koal et son assistant au grand désarroi de l’entraineur. En face, procédant par contre attaque, les enfants de Jean Pierre Fiala Fiala auront l’occasion de tuer le match mais Lionel Essono oublié dans la défense, verra sa frappe passer à côté des buts de Janvier Cyni. Un résultat qui fait sans doute les affairres de la maison rouge et vert lorsqu’on sait que le moindre point pris leur sera d’une grande utilité.

Jean Morand Mbarga

Cameroun – Football – MTN Elite two: place à la 21e journée !

Les matches du Championnat MTN ELITE TWO comptant pour la 21eme Journée de la saison 2016-2017, se dérouleront suivant le programme ci-après :

MARDI 04 JUILLET 2017

STADE MUNICIPAL DE MFOU
15H30 : TONNERE – NATIONAL
Arbitre central : ABDOURAMAN RABIOU
A1 :GHAMBE GILBERT
A2: NGWANE LEONARD
4eme: DOMBOLJEAN CLAUDE
Commissaire : JANI BENEDICK
Coordonnateur : MBIDA APPOLINAIRE

STADE MUNICIPAL DE NKAMBE
15H30 : BANG BULLET – FORTUNA
Arbitre central : NGAH WILLY
A1 :MOHAMADOU KABIROU
A2: EL HADJ MOHAMADOU
4eme : TANYU JULIUS
Commissaire : EFFA BOULI
Coordonnateur: LFPC

YONG SPORT ACADEMY STADIUM
15H30 : PWD – AVION
Arbitre central : EPEA GUY
A1 : MBAKOP MFONGANG
A2: KIKI AYOUBA
4eme : NJOFANG ERIC
Commissaire: YOGO PAUL
Coordonnateur: FORKWA LUIS

MERCREDI 05 JUILLET 2017

STADE MUNICIPAL DE NGAOUNDERE
15H30: NUFC – ETOA MEKI
Arbitre central : OLLE PAUL
A1 : KAMGA TIEMO
A2: EBOLA EKANGO
4eme: GWET II MICHEL
Commissaire: ISSA BABATOURA
Coordonnateur: DJIDERE

STADE OMNISPORTS DE GAROUA
15H30 : PANTHERE SECURITY – COSMOS
Arbitre central : NGO BIEM
A1 : ADA NDA
A2: BOA MENG
4eme: AROUNA NOUHOU
Commissaire : NANA ABDOULAYE
Coordonnateur: BOUBA SAMBA

SAMEDI 08 JUILLET 2017

STADE DE MBANKOMO
13H30 : RENAISSANCE – DAC2000
Arbitre central : MEFIRE ABDOU
A1: MOUAFO ROGER
A2: ABBO EDMOND
4eme:TONYE BAYIHA
Commissaire: EKANGA FRANCOIS
Coordonnateur: LFPC

15H30 : YAOUNDE ll- PANTHERE
Arbitre central : BAMELA NATHAN
A1 : YAEE BOBDA
A2: POUTH ll
4eme: LITOP BERNARD
Commissaire: NGOUNOU ALICE
Coordonnateur: LFPC

STADE DE LA REUNIFICATION
13H30: DYNAMO –FOVU
Arbitre central: GAMCHE FRANKLIN
A1 : MABU BERTMND
A2: DJENKI GONNE
4eme: NKEM THEOPHILUS
Commissaire: NYALA NKE
Coordonnateur: EBOBISSE LOUIS

15H30: MATELOTS- BOTAFOGO
Arbitre central : MBITA NTYEZE
A1: ENGOUDOU ROLANG
A2:ABDOULAYE
4eme : NCHIE ALPHONSUS
Commissaire: WOYEYE ARMANDE
Coordonnateur: EBOBISSE LOUIS

Cameroun – Football – Panthère du Ndé: Stéphane Ndzana jette l’éponge !

Le nouveau patron du banc de touche de la sélection nationale féminine des moins de 17 ans a quitté le club du Ndé pour cause de salaire impayé: « Je suis déjà à Yaoundé. Pour continuer à travailler avec la Panthère, il faut qu’on me paye mon argent. Tant que mes salaires ne seront pas payés, je ne reviendrai plus ». Classé 10e avec 26 points au compteur après 20 journées disputées, le destin des Nzuimanto repose désormais entre les mains du directeur technique du club Jean Jacques Kouessi comme nous le dit notre confrère de 45fois2, William D.

Jean Morand Mbarga