SPORT, SPORT CAMEROUN

INFRASTRUCTURES SPORTIVES: Il n’y a point péril en la demeure !

logo-taille-petite

Des voix alarmistes s’élèvent pour s’inquiéter de l’éventuel retard dans la construction des stades devant abriter la CAN 2019 au Cameroun. Manifestement à tort…

L’on peut sans ambages l’affirmer d’un ton péremptoire : la CAN masculine de football édition 2019 se jouera bel et bien au Cameroun. En reposant cette certitude sur des éléments probants. Où l’on trouve en premier lieu l’engagement personnel du chef de l’Etat lui-même, Paul Biya en ayant fait une de ses préoccupations majeures. Le président de la République, on le sait, étant de ces hommes conséquents qui n’acceptent pas l’échec, surtout quand de tels manquements pourraient rejaillir négativement sur le blason de notre pays, qu’il n’a cesse de redorer. Ensuite compte tenu de l’implication de certains responsables nationaux qui en ont fait une exigence de leurs bilans futurs, à l’instar du ministre de la Jeunesse et des Sports, et de l’exécutif de la Fécafoot dont les manettes sont tenues par des hommes et femmes déterminés à assurer à cet événement un succès retentissant.

logoHisense

Pourtant, depuis quelque temps, certains de nos compatriotes poussent des cris d’orfraie pour s’inquiéter du retard qui serait pris dans le volet réalisation des infrastructures sportives devant accueillir cette compétition. Au point de jouer aux oiseaux de mauvais augure en affirmant déjà, que notre pays ne sera point prêt pour le jour J, et qu’il y a fort à parier que l’organisation de ces joutes sportives tant attendues nous sera retirée ! En dehors des commentaires du quartier, dans lesquels les arguments spécieux se mêlent aux arguties de toutes sortes, même les gens de médias s’y mettent et s’en donnent à cœur joie, avec une délectation laissant croire qu’ils seraient bien heureux de nous voir échouer… on reconnait à la presse le rôle de lanceur d’alertes, pour empêcher que l’on aille dans le mur quand il s’agit d’enjeux importants pour la vie de la nation. Mais de là à crier avec les loups, sans retenue aucune, il y a un fossé, mieux un gouffre que l’on ne devrait pas si allègrement franchir. En une telle occasion l’on attend de nos journalistes en effet, qu’ils vendent l’événement pour un faire un succès à marquer d’une pierre blanche sur l’échiquier continental, qu’ils en accompagnent la préparation et le déroulement, au lieu de jouer aux apprentis sorciers passant leur temps à dessiner le diable au mur.

A l’évidence la sérénité devrait être de mise, à en croire des sources proches du dossier. Le Ministre camerounais de la Jeunesse et des Sports, grand ordonnateur de cette geste, fera du reste une sortie médiatique  demain, en compagnie de celui de la Communication. Il sera ainsi question pour lui d’édifier les uns et les autres sur le véritable état des lieux pouvant être dressé, les réalisations faites et celles à venir. Portant en l’occurrence sur des rubriques comme celle concernant les infrastructures sportives, et autres. Car pour assurer la réussite de l’événement il ne s’agit pas seulement de la construction des stades, mais de tout ce qui concourra au bon déroulement de la CAN masculine que le Cameroun organisera depuis… 1972 ! On peut penser aux infrastructures autres que celles liées à la pratique du sport stricto-sensu, l’amélioration qualitative des communications  téléphoniques, l’hébergement et la restauration, la sécurité, etc.

En définitive, l’on peut d’ores et déjà demander aux Camerounais de s’apprêter pour cette compétition qui se jouera bien sur le territoire national, et qui devrait connaitre un succès encore plus éclatant que celui qu’aura connu la dernière Can féminine s’étant tenue en terre camerounaise, et qui nous a valu de nombreuses et sincères félicitations de par le continent, et le monde entier.

Léopold T. YAMDJEU

Maquette du complexe sportif de Douala Japoma

contact@lasymbiose-news.com
Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *